Sign in / Join

SALAIRES DE L'OM | Salaires des joueurs de la saison 2016-2017

SALAIRES | L'article de référence sur les rémunérations des Olympiens. Mise à jour suite aux différents dossiers dont celui de l'Équipe et au mercato hivernal.

À lire aussi : le top 10 des plus hauts salaires des entraîneurs de l'OM

L'effectif de l'OM s'est énormément allégé cet été avec le départ de 18 joueurs (Batshuayi, Mendy, NKoudou, NKoulou, Mandanda, Barrada, Dja Djédjé, Ocampos, Sparagna, Fabri, Aloé, Lucas Silva, Manquillo, Isla, de Ceglie, Fletcher, Romao, Sparagna, Aloé, Fabri, Nlaté) pour seulement 10 arrivées (Thauvin, Hubocan, NJie, Gomis, Vainqueur, Fanni, Machach, Leya Iseka, Sakai et Bedimo).

Le ménage a été radical et le dernier joueur avec un salaire supérieur à 300 000 euros, Steve Mandanda, a quitté le club, marquant symboliquement les fins des ères Labrune puis MLD.

A lire aussi : le top 12 des plus hauts salaires de joueurs de l'histoire de l'OM

Dans la stratégie de Labrune, l'énorme vague de départs devait permettre au club de se situer dans une position de club NBA avant la draft, en pouvant proposer des salaires élevés aux joueurs prioritaires, en profitant d'une inédite marge de manœuvre. En effet, les départs ont libéré 29 millions d'euros annuels* (si vous êtes comptable ou pervers, plus de détails sur les chiffres présentés en bas de l'article). En revanche, et même si plusieurs joueurs ont obtenu des salaires très raisonnables, les nouveaux arrivants de l'été dernier représentaient quant à eux un montant de 30 millions d'euros annuels selon nos estimations. On assistait donc à une stagnation ou à une légère augmentation de la masse salariale.

Il fallait également ajouter les premiers contrats professionnels de la génération 96, Escales et Sané et celui du 95 Rabillard. On peut noter également, même s'ils ne sont pas sur l'infographie, les contrats professionnels de Porsan-Clemente et Samad.

Des salaires hétérogènes pour les nouveaux joueurs

Contrairement aux années précédentes où Labrune s'assurait de ne pas donner de salaires élevés aux joueurs pour les rendre plus liquides (quitte à leur donner des primes à la signature énormes pour compenser), et si quelques joueurs sont arrivés pour des salaires peu importants comme Khaoui et Machach, le défi de convaincre des joueurs à venir dans cet OM a nécessité de recommencer à donner des salaires importants à des joueurs moyens.

Et si, avant le mercato d'hiver, il était totalement contre-intuitif de voir l'OM aussi faible avec pourtant une masse salariale importante, les salaires de Gomis, Vainqueur, NJie ou Bedimo expliquent en partie cette situation. Par ailleurs l'entêtement de Passi à ne pas vouloir considérer Rolando ou Rekik lors de cette saison de transition amène le club dans une situation ubuesque avec 800 000 euros par mois consacrés à la défense centrale.

Par ailleurs, selon nos informations, le club aurait recommencé à proposer des salaires progressifs à certains de ses joueurs comme Bedimo ou Cabella, qui s'ils restent à l'OM la saison prochaine obtiendront mécaniquement une augmentation de salaire.

Un mercato d'hiver en rupture

Lors du mercato d'hiver, les arrivées de Payet, Evra, Sanson et Sertic ont marqué une nette rupture, l'OM se remettant à proposer des salaires très importants à ses cadres, et même aux joueurs de rotation comme Sertic qui émergerait aux alentours de 180 000 euros. Payet est devenu à cette occasion le plus haut salaire de l'histoire du club.

La prolongation de Lopez a également contribué à augmenter la masse salariale, même si le départ de Diarra a libéré un salaire important.

Un des grands défis de Zubizarreta et Eyraud va être de rendre son ambition au club en recrutant des joueurs de qualité, tout en contrôlant et en gérant intelligemment la masse salariale du club.

* si tu lis cette note de bas de page, c'est que tu es un comptable ou que tu as de sérieux problèmes psychologiques. Ceci dit, on ne juge pas sur OMForum. Profite donc de ce petit intermède comptable avant de commencer, il est à noter que tous les chiffres utilisés dans cet article pour qualifier les salaires sont exprimés en brut fixe contractuel hors primes et non chargé. Les impacts budgétaires sont quant à eux calculés avec un coefficient de 1,5, de manière à obtenir sommairement la valeur du brut contractuel chargé sans primes.

4 comments

  1. Latche 12 novembre, 2016 at 16:47 Répondre

    On considérait l’équipe de la saison dernière comme nulle, lorsqu’on voit le tableau des départs on s’apercevoit que celle de cette saison l’est bien davantage…..
    Et pourtant il semble que la masse salariale ait augmenté !

Ton avis ici et sur le forum

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!