Sign in / Join

OMForum décrypte | L’OM de McCourt est-il en danger ?

OMFORUM DÉCRYPTE | Une vague de panique a déferlé sur les supporters olympiens suite au devoilement de l’information comme quoi le club serait sous surveillance de l’UEFA en termes de fair-play financier. Qu’en est-il réellement ? La situation financière de l’OM est-elle critique ?

(édité suite à la parution des comptes 2016-2017 le 2 février)

La situation financière de l’OM est la source de nombreuses suppositions, et le flou artistique entretenu par Eyraud et McCourt sur les réels investissements qu’ils souhaitent effectuer contribue à générer des questionnements chez les supporters et les observateurs.


1. Quelle est la situation financière de l’OM ?

2. L’OM de McCourt est-il en danger ?


Pour rappel, si la DNCG ne se préoccupe pas de l’OM, malgré les déficits de 42 millions d’euros en 2016-2017 et oscillant entre 40 et 60 millions d’euros, sans ventes de joueurs avant le 30 juin 2018, c’est qu’elle a obtenu des garanties fermes de la part de McCourt sur le fait que l’actionnaire va combler le déficit. Mais l’article de RMC daté du 1er février 2018 “comment l’OM travaille avec l'UEFA pour le Fair-Play Financier” insiste sur le fait que la situation olympienne préoccuperait l’UEFA en termes de fair-play financier.

En quoi consiste le fair-play financier ?

Selon Wikipedia, “le fair-play financier est une règle adoptée par l'UEFA en mai 2010 ayant pour but d'empêcher les dépenses excessives des clubs de football professionnels, qui les conduiraient à dépenser plus que ce qu'ils gagnaient dans le but du succès, et ce faisant menaceraient leur existence à long terme. Ainsi, la règle est la suivante : les clubs ne doivent pas dépenser plus d’argent qu’ils n’en gagnent(...) toutes les équipes qui participent à des compétitions européennes sont directement touchées par cette mesure (...) En cas de non-respect du principe de fair-play financier, l’UEFA peut adresser des sanctions au club, qui vont du simple blâme jusqu’à l’exclusion pure et simple des compétitions européennes en passant par l’interdiction de recruter de nouveaux joueurs pour participer aux compétitions européennes.

Concrètement, le fair-play financier exige de ne pas dépasser des déficits cumulés excédant un seuil de 30 millions sur 3 ans. Même si le calcul fait en sorte que certaines charges sont exclues (investissements dans les actifs, le centre de formation etc.), le fait que l’UEFA ne considère pas les apports de l’actionnaire dans le respect du fair-play financier et les déficits cumulés de l’OM excédant largement le seuil fatidique, le club phocéen semble à risque d’être soumis à des sanctions.

Néanmoins et c’est un élément très important, le fair-play financier prévoit des assouplissements possibles dans son règlement, basés sur plusieurs éléments : dynamique générale, améliorations attendues, stratégies pour régler le décalage et revenir dans les clous à terme...

Quelles sont les perspectives financières pour l’OM ?

Même si un apport de 200 millions d’euros permettrait à McCourt de dépasser en 3 ans les investissements consentis en 20 ans par la famille Louis-Dreyfus (très complaisamment qualifiée de mécène), l'écart important entre un budget de dépenses construit pour se qualifier en LDC, et le risque de revenus à supporter justement par des non-qualifications fait que l’actionnaire a dû équilibrer les budgets 2016-2017 et va devoir équilibrer 2017-2018.

Les éléments les plus pertinents à mon sens à ressortir des multiples entrevues d'Eyraud sont les deux points soulignés dans son excellente entrevue au Temps, la construction d'un OM ambitieux va nécessairement passer par deux ou trois saisons de déficit, nécessitant à l'actionnaire d'investir pour équilibrer le budget et l'objectif au terme de ce cycle d'investissements est de limiter la masse salariale à 70% des revenus opérationnels. Le déficit actuel est donc probablement planifié d’avance, et c’est le résultat d’une stratégie assumée, non d’une mauvaise gestion.

Le non-recrutement de ce mercato d’hiver est plus certainement lié à un constat que les recrues potentielles n’en valaient pas la chandelle plutôt qu’une incapacité financière à recruter.

On peut imaginer un budget à hauteur de 200 millions en 2017-2018, puis de 250 millions en 2018-2019 avec l'objectif de finir cette troisième année qualifié pour les poules de Ligue des Champions.

Le vrai dimensionnement des dépenses à terme est lié à celui de la masse salariale chargée. En prenant une hypothèse de revenus à 200 millions, on arrive donc à 140 millions de masse salariale (ou 175 pour 250 millions de revenus). Le club a donc fait probablement plus de la moitié de l’effort nécessaire pour avoir un effectif de niveau ligue des champions et la stratégie pour l'OM d'investir massivement à l’été 2017 pour recréer un actif joueurs suffisant pour être un prétendant crédible à la Ligue des Champions, va probablement nécessiter de compléter les investissements en 2018-2019 pour finir de mettre en place une équipe pouvant viser une qualification pour les huitièmes de finale.

Cette stratégie va nécessiter en revanche un investissement très important de Frank McCourt, probablement plus proche de 400 millions que de 200 millions sur 3 ans (sauf qualification plus rapide pour la LDC). Le chiffre de 200 millions est probablement juste une punchline médiatique pour illustrer l'ambition de l'OM de Franck McCourt et de Jacques-Henri Eyraud.

L’OM est-il à risque vis à vis du fair-play financier ?

L’atteinte de l’equilibre budgétaire va nécessairement passer par une qualification pour les poules de LDC, dont les droits TV vont augmenter fortement dès la saison prochaine, permettant alors au club olympien d'équilibrer son budget avec des revenus supérieurs à 200 millions d’euros.

Par ailleurs, les revenus additionnels attendus suite aux renégociations des contrats de sponsoring maillots, équipementiers, l’exploitation du stade et tous les autres revenus annexes devraient permettre d'espérer d’ici à deux ou trois ans d’accroitre encore les revenus pour atteindre 250 millions.

L’OM a donc un business plan cohérent à soumettre à l’UEFA et espère donc probablement que l’instance en tiendra compte afin de convenir d’un assouplissement temporaire de ses règles. Dans le pire des cas, il est à parier que l’UEFA appliquera une sanction relativement clémente vu la solidité de son actionnaire et le rachat récent du club.

Neanmoins, il ne faut surtout pas sous-estimer l’importance de cette seconde moitié de championnat. La marge de manœuvre du club phocéen est très restreinte pour construire, et l’OM a maximum deux saisons pour se qualifier en LDC sous peine de devoir vendre des joueurs.

Celui des trois prétendants qui ne se qualifiera pas en LDC prendra un retard important sur les deux autres et l’OM est clairement le plus fragile, étant donné sa période actuelle de renaissance (l’OL a pour lui son centre de formation et son stade, Monaco son centre de formation, son actif joueurs et sa science du trading).

Le projet OM Champions ne serait pas remis en question par une non-qualification en LDC en 2018-2019, mais néanmoins les joueurs phocéens seraient bien inspirés de se qualifier, afin de sécuriser la dynamique actuelle.

1 commentaire

Répondre

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.