Sign in / Join

LES PLAYLISTS D'OMFORUM : LE JEU VIDÉO EN CHANSON

Profitons de la générosité de Hyde, qui nous prête ici sa rubrique. Et essayons de la lui rendre en état.

 

Si en général, la place des morceaux chantés dans le jeu vidéo se limite aux tubes du moment empruntés pour la dernière itération de ton jeu de sport préféré, c'est une règle qui heureusement connaît de nombreuses exceptions, dont nous proposons ici un florilège.

 

Baba Yetu – Civillization 4

 

Tarte à la crème de tout article de ce genre, le gospel swahili Baba Yetu, composé par Christopher Tin, est le joker pour qui veut justifier de la légitimité musicale du jeu vidéo : parce qu’il est premier titre du média à avoir remporté un Grammy Awards, et parce qu’il a été joué jusqu’au concert annuel des Nations Unies. Voilà qui change des extraits de Final Fantasy en fond de « Maison à Vendre ».

 

Katamari Holiday - We Love Katamari

 

A l’image du jeu, qui propose « d’enrouler le monde » dans une ambiance décontractée, Katamari Holiday, qu’on jurerait avoir entendu dans un album d'inédits de Happy End, invite à l’hédonisme, donne des envies de bière fraîche et de road trip d’Automne.

Neon Jungle – Double Dragon Neon

 

S’il y a quelque chose à retenir de cet exercice d’80sploitation globalement raté qu’est Double Dragon Neon, c’est bien sa bande originale. Elle paye en même temps un tribut à la série (dont elle reprend les thèmes emblématiques) et à l’époque dans laquelle elle se déroule, entre heavy metal chevelu, opera-rock façon Queen, et synth-pop un peu trop kitsch, comme ce Neon Jungle aux accents flash danciens, qui s'accompagne forcément d'images de Jean-Claude Van Damme se trémoussant dans un bouge thaïlandais.

Angels with Burning Hearts – Burning Rangers

 

Takenobu Mitsuyoshi incarne mieux que personne la profession de foi du SEGA des années 90, ne serait-ce parce qu’il est la voix du prophétique « GAME OVER YEAAAAAAH ». Il chante comme Sega meurt, dans un grand sourire et sans jamais prendre le temps se retourner, en témoignent les monuments d’engrish un rien cheesy et de bonne humeur que sont Sky High et Let’s Go Away, issus de l’OST de Daytona USA.

Et quand sort Burning Rangers, dernier blockbuster d’une Saturn depuis longtemps condamnée, nulle oraison funèbre, mais des trompettes furieuses et des cœurs enjoués. Etre désespéré, mais avec insouciance.

Bonus : Tout le kiff du monde tient dans la vidéo ci-dessous <3

In this World – Mr Bones

Un étrange blues pink floydien pour un jeu qui l'est tout au tant, tantôt jeu de plateforme tantôt jeu de rythme, chapeauté par le créateur d’Ecco The Dolphin. Composé, comme le reste de la BO, par le légendaire Ronnie Montrose, ses accents tragiques jurent avec la démarche semi-parodique du jeu et des paroles.

Pearls – Cowboy Bebop : Tsuioku no Serenade

Si le jeu peine à se montrer digne de la série, la bande originale, également composée par Yoko Kanno, se hisse à son niveau. Au chant, on trouve Ilaria Graziano, habituée des animes et des collaborations avec Kanno. On pourra aisément regretter qu’une chanson d’une telle beauté n’ait eu pour seul écrin que ce pauvre beat them all sans éclat.

Baka Mitai – Yakuza 0

On découvre, hilare et un peu sarcastique, ce pastiche d’enka au détour d’une sortie au karaoké avec une des hostesses que l’on emploie. Quelque temps plus tard, Baka Mitai est devenu la bande originale de chacun de nos (trop nombreux) verres de whisky.

Comme toujours, ce sont les commentaires youtube qui en parlent le mieux.

Creid – Xenogears

 

Vous reprendrez bien une chorale en vieil irlandais ? OK c’est un peu de la triche dans la mesure où ce morceau n’est pas strictement issu de la bande originale mais eh regardez un solo de cornemuse !

Compass – Red Dead Redemption

 

Peut-être un peu de la triche (bis), mais difficile de passer sous silence cette balade lo-fi de Jamie Lidell, sommet émotionnel de la génération précédente, alors que John Marston s’en retourne à sa famille et se fait bouffer par un ours.

Riders on the Storm – Need for Speed Underground 2

 

Parce qu’on ne pouvait décidément pas finir sur une note de bon goût, voici une certaine idée du sacrilège : un feat The Doors & Snoop Dogg, sur la B.O d’un des jeux les plus beauf de l’histoire. L’archétype du morceau « not sure if gusta » qu'on fera mine de détester en public, mais qu’on écoutera, un peu honteux, en nettoyant sa cuisine.

Hidden Track : That's Death - Discworld 2

 

La suite cachée de "Always Look on the Bright Side of Life", toujours par Eric Idle.

Ton avis ici et sur le forum

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.