Sign in / Join

SALAIRES DE L'OM | Top 10 des plus hauts salaires de l'histoire du club (1/2)

Article mis à jour le 28 juin 2015 suite aux départs d'Ayew et Gignac

Pour commencer, mettons tout de suite les choses au clair, oui il y a 12 joueurs dans ce top 10. Mais cette situation n'est pas seulement le fait de nos lacunes en mathématiques, il y a deux autres raisons. Nous allons profiter de cet article pour réhabiliter le coup de génie de Samir Nasri en 2008 (les mauvaises langues diront qu'il s'agissait de son dernier), toucher un jackpot incroyable et apparaître comme un joueur qui aime tellement son club qu'il prolonge afin de permettre à l'OM de toucher une indemnité de transfert. Ensuite, nous ne pouvions passer outre la romance de Clio Zenden avec Sabo. D'où le top 12.

À lire aussi : le top 10 des entraîneurs les mieux payés de l'histoire de l'OM

 

image

Deuxième mise en garde, vous ne trouverez pas de Dimitri Payet dans ce top 12 car nous ne croyons pas au mythe de son salaire à 350 000 euros fixes pendant ses deux premières saisons, on s'en explique ici.

Tout d'abord, une première analyse fait ressortir le net changement de cap du club en matière de hauts salaires. Longtemps le club le plus prodigue pour ses joueurs avec le PSG puis Lyon, le dernier très gros salaire consenti par l'OM date de 2011 avec les prolongations d'Ayew et de Mandanda, et l'arrivée de Diarra. En dehors de Barthez, on remarque également que 11 des 12 plus hauts salaires ont été signés sur une période très courte, entre 2007 et 2011.

On note également que le club, depuis la signature de Barthez en 2004 et ce jusqu'à l'arrivée d'Alou Diarra, a toujours remplacé son plus haut salaire par un nouveau gros salaire dans l'effectif : Barthez (2004-2005-2006), Cissé (2006-2007-2008), Heinze et Lucho (2009-2010-2011), Diarra (2011-2012).

Les situations des différents joueurs sont quant à elle très différentes, mais elles peuvent se regrouper en deux blocs.

Les joueurs stars (ou supposées l'être) à leur arrivée

Gros transferts et tête d'affiches des recrutements estivaux, ils devaient amener l'OM dans une autre dimension : Barthez (2004), Zenden (2007), Cissé (2007), Lucho (2009), Heinze (2009), Gignac (2010) et Diarra (2011).

Clio sofa

Bolo et Clio avant Sabo

12. Boudejwin Zenden aura plus marqué l'histoire de l'OM parce qu'il s'est fait piquer sa femme par Jean-Philippe Sabo et pour sa chute dans un montage publicitaire lors de son but au Parc que pour ses prestations sportives. Il faut néanmoins se rappeler que Bolo était un excellent joueur lors de sa meilleure période et théoriquement au faîte de sa carrière lorsqu'il a signé à Marseille. Il devait à son arrivée à l'OM en 2007, transfigurer le jeu et alimenter la star Cissé en caviars. Ex-joueur notamment de Barcelone et Chelsea, le joueur arrivait libre en provenance de Liverpool, où il touchait approximativement le même salaire que celui qu'il se négociera à l'OM, soit 270 000 euros de l'époque. Il quittera le club deux ans plus tard, à la fin de son contrat.

Diarra

  1. En 2011, Alou Diarra arrivait lui en provenance de Bordeaux pour 5 millions d'euros. Il avait fait fructifier son titre de champion de France en se servant des offres, notamment de l'OM, pour obtenir une belle revalorisation salariale et émargeait à 233 000 euros. Alors qu'il avait trouvé un accord l'année précédente avec l'OM à 250 000 euros et qu'il venait de faire une saison médiocre, le joueur, qui faisait partie de l'écurie Bernès, signe pour un salaire incroyable de 310 000 euros par mois. Il sera l'un des plus gros échecs de la période Deschamps et partira presque miraculeusement à West Ham pour 2,5 millions d'euros un an plus tard.

image

  1. On a tout lu sur André-Pierre Gignac. On se rappellera juste qu'à son arrivée de Toulouse en 2010 pour 16 millions d'euros, où il percevait un salaire astronomique de 242 000 euros par mois, il aurait trouvé dans un premier temps un accord avec l'OM aux alentours de 250 000 euros par mois. Son représentant, le tristement célèbre Cano, a du être particulièrement convaincant puisque le joueur a finalement signé pour 300 000 euros par mois, avec une augmentation de 10 000 euros à chaque anniversaire de sa signature. C'est probablement le dernier joueur de l'ère Dreyfus à signer pour un salaire supérieur à 300 000 euros. Il restera qualifié d'accident industriel par Labrune.

image

4. Lucho Gonzalez était une des stars du mercato 2009 et a constitué le cadeau posthume de RLD aux supporters marseillais. Son arrivée était également une manière de faire passer la pilule du double départ de Diouf et Gerets qui étaient très populaires. Le joueur argentin n'était vraiment pas enthousiaste à l'idée de signer à l'OM et à la façon d'un Mario Yepes au PSG, il en profitera pour négocier un salaire énorme en passant de 135 000 euros par mois à Porto à 375 000 euros par mois à l'OM, soit presque un triplement de salaire. Le joueur retournera gratuitement deux ans et demi plus tard à Porto, après un passage contrasté marqué néanmoins par 5 titres et un respect éternel de la part des supporters de l'OM.

Cissé

3. Djibril Cissé a longtemps été le fantasme des supporters de l'OM. L'arlésien(ne), supporter du club comme son successeur Gignac, a toujours déclaré rêver de jouer à l'OM. Après une première fracture du tibia, et un parcours contrasté à Liverpool malgré une LDC gagnée lors de laquelle il marque un but et son tir au but, il trouve un accord avec l'OM pour un prêt juste avant la coupe du monde 2006. Il se fracturera malheureusement son autre tibia juste avant la compétition et ne sera plus jamais le même joueur. Il fera néanmoins 6 mois de prêt avant d'être transféré à l'OM en 2007 pour 9 millions d'euros. Le joueur, grassement payé en Angleterre, récupérera le salaire laissé par Barthez à son départ, et émargera à 4 millions d'euros par an. Après 18 mois moyens pour un joueur de son standing, il retournera en Angleterre, à Sunderland, suite à deux matchs successifs comme remplaçant en août 2008.

Barthez

  1. L'arrivée de Fabien Barthez en 2003 a pour beaucoup signé la fin d'Alain Perrin à l'OM. Le joueur, mythique à l'OM pour son titre de champion d'Europe en 1993, de champion du monde en 1998 entre autres multiples titres, était en disgrâce en Manchester United. Perrin, mécontent des performances de Vedran Runje, le gardien croate, pourtant très populaire auprès de ses coéquipiers et des supporters, sautera sur l'occasion en demandant un prêt du divin chauve. Suite à ces tractations, Runje décrochera complètement, suivi par Van Buyten, et de nombreux observateurs de l'époque sont persuadés que le groupe olympien aura sciemment fait renvoyer Perrin, dont la branche était consciencieusement sciée par Anigo, son adjoint de l'époque, très proche des joueurs. Barthez et Drogba emmèneront presque tous seuls l'OM en finale de l'UEFA cette année-là, mais ce sera le seul fait d'armes du gardien, suspendu plusieurs mois pour un crachat sur un arbitre marocain lors d'un match amical. Touchant 3 millions d'euros net à Manchester, le joueur sera transféré à Marseille en Juin 2004, et négociera de garder approximativement le même salaire avec une rémunération de 4 millions d'euros bruts par an. Pour mettre en perspective ce salaire, il était à l'époque deux fois plus élevé que le précédent record à l'OM, détenu par Drogba avec 153 000 euros. Il mettra fin à son contrat en 2006 pour raisons personnelles.
Heinze Lucho

On est pas bien là, sereins, décontractés...

  1. Le plus haut salaire de l'histoire de l'OM a été donné à Gabriel Heinze, un défenseur. L'argentin, ex-joueur emblématique du PSG dont l'arrivée à l'OM a provoqué un psychodrame dans la capitale, est fortement demandé par Deschamps, et il accepte de légèrement baisser le salaire qu'il gagnait au Real de Madrid pour signer à l'OM. Problème, il gagnait 4,7 millions d'euros par an chez les merengues. Il signe donc pour la somme gigantesque de 4,5 millions d'euros par an à l'OM, soit po et le plus haut de la planète pour un défenseur latéral. Bon mais sans plus sur le terrain, il apporte en revanche une grinta incroyable et il a fortement contribué aux 5 titres qu'il glanera pendant son passage à l'OM. En désaccord avec la politique du club, il rompt son contrat en seigneur en 2011, sans demander aucune indemnité à la grande surprise de Labrune. Le joueur a gardé une excellente image à l'OM et son arrivée possible comme adjoint de Bielsa en 2014 avait créé beaucoup d'attente

 

Suite de l'article - les joueurs ayant touché le jackpot suite à une prolongation

2 comments

  1. G.bédécarrax 16 février, 2015 at 14:47 Répondre

    Voilà ce qui se passe quand on accorde le droit de vote aux octavons. Après tout, les blancs n’ont pas le monopole du révisionnisme. Gageons qu’on se souviendra du Professeur Urbain pour ses 18 MOIS TRÈS MOYENS en tant que pigiste pour omforum point com.

    Au passage, je signale que « je l’ai pas touchéo » de Brandao, c’était en finale de la Coupe de la Ligue face aux Girondins de Bordeaux.

Ton avis ici et sur le forum

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.