Sign in / Join

UNITED STATS | OM-NICE, EN SERRANT LES DENTS

UNITED STATS | Un OM assez pauvre offensivement s'est imposé à Nice, victoire essentielle avant des échéances difficiles malgré l'absence de trois titulaires. Retour rapide sur les aspects clés de ce match.

Afin d'éviter de répéter le lexique dans chaque article (et pour faciliter ses mises à jour), vous le trouverez désormais sur une page séparée.

Le Match

Les Expected Goals

Pas énormément d'enseignements, si ce n'est que le graphe reflète la physionomie d'un match assez pauvre en occasions. Si tant est que l'on puisse se servir des xG pour évaluer la difficulté des tirs arrêtés par un gardien (un procédé intéressant mais pas infaillible), les chiffres confirment un match correct/bon de la part de Mandanda.

La Passmap dynamique (via @11tegen11)

Face à la défense à trois niçoise, Rudi Garcia met de nouveau en place son 4-3-3 comme il l'avait fait à domicile contre Strasbourg. Et on y retrouve une fois de plus Valère Germain, chose somme toute logique là encore. Le plan étant de positionner le 9 olympien plus bas pour faire monter les défenseurs adverses et les attirer vers un milieu particulièrement dense, pour ensuite lancer les ailiers. Le profil de Radonjic s'adaptant parfaitement à ce plan de jeu, l'idée semblait se tenir. L'exécution laissa un peu à désirer, en partie en raison du positionnement de Tameze, du niveau individuel affiché par les joueurs offensifs marseillais et de l'éternel souci Germain : décrocher fait partie de ce qu'il doit faire, mais il semble déserter le front de l'attaque au point de créer un manque de solutions flagrant. D'autant que lors de ce match, il a été moins précieux sur les duels aériens qu'a l'accoutumée (1/3).

Un instantané de la passmap des minutes 15 à 45 illustre assez bien le problème:

On continue à voir la circulation du ballon dans les circuits préférentiels et les polygônes réguliers qui émergent depuis quelques matchs, ainsi que la confirmation d'un équilibre et une symétrie qui manquaient à l'équipe en début de saison. Cependant, le positionnement de Germain laisse perplexe quant à sa contribution à la construction offensive.

Valère Germain dans l'entrejeu, allégorie.

De la même manière, on a vu une fois de plus Jordan Amavi peiner à combiner avec son ailier, en particulier lorsque ce dernier était Radonjic (potentiellement une des raisons de la permutation avec Payet). Après avoir vu un duo Sakai-Ocampos efficace et complémentaire lors de la victoire face à Caen, sa place de titulaire semble de plus en plus menacée malgré une fin de match héroïque défensivement (3/4 tacles réussis dans les vingt dernières minutes).

L'activité en Zone 14

Résultat d'un Payet excentré face à une défense à 3 (en plus de son niveau individuel assez médiocre) et du positionnement de Tameze qu'on évoquait plus haut, très peu d'activité dans l'axe haut. L'activité de Maxime Lopez est une autre donnée qui confirme la volonté de l'OM de jouer assez bas et de passer par les côtés :

Le Joueur

Auteur d'un de ses meilleurs matchs sous le maillot olympien, Bouna Sarr a une fois de plus montré qu'il était devenu un latéral droit complet. D'une sûreté quasiment à toute épreuve dans sa surface avec un travail défensif remarquable (un seul duel perdu, des récupérations de balle précieuses) et décisif offensivement sur son côté droit.

L'Instant Détente Mesquin

"Dis papa, à quoi ça ressemble un dashboard de grantatakan ex-futur Ballon d'Or qui réclame dix millions d'euros par an ?"

Conclusion en attendant Rome

L'OM continue à devoir changer son dispositif et son organisation à chaque sortie, rendant difficile l'évaluation de ses qualités réelles. Si face à Strasbourg le 4-3-3 avait semblé prometteur avec un Payet qui gardait une bonne partie de son influence, la production offensive à Nice laissait à désirer. Des interrogations subsistent au milieu, dans la mesure où la formule "idéale" (un double pivot Gustavo-Strootman qui tire le meilleur parti de l'intelligence des deux joueurs) impose d'écarter un des meilleurs joueurs du début de saison, Morgan Sanson.

Le match qui se profile, face à la Lazio, pourrait être riche en enseignements tactiques en plus d'être décisif pour la suite de la saison olympienne. Les Italiens évoluent également avec une défense à 3 qui peut nous conduire à penser que la composition à Nice aurait pu être une sorte de "répétition" pour le match d'Europa League. Cependant, si Germain est titulaire dans un rôle similaire, sa tâche sera rendue encore plus difficile par la présence dans sa zone de Lucas Leiva. Et laisser du champ à Acerbi sans le presser à la relance peut causer d'énormes problèmes aux Olympiens. En cela, le retour de Luiz Gustavo sera le bienvenu pour tenter d'avoir la mainmise sur le milieu de terrain et retrouver un bloc haut.

Marv - Buk - Bene

Sources utilisées : Whoscored.com, Understat.com, 11tegen11 et StatsZone.

Ton avis ici et sur le forum

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.