LES PLAYLISTS D'OMFORUM : LES ÉCRIVAINS EN CHANSON

Quand l'art mineur rend hommage à un art majeur.

On ne le crie pas trop fort sur les toits, mais Omforum a pendant une phase de son existence davantage servi à donner des outils de distinction culturelle à ses forumistes qu’à leur fournir un lieu de débat sur les exploits de Taye Taiwo (il me manque un peu), lieu idoine par excellence pour décortiquer des plans de films hongrois, commenter des romans kirghizes, discuter de l’usage du yuzu dans la mythologie, ou faire revivre un jeu de plate-forme iranien de 1983.

L’arrivée de sang neuf a quelque peu changé cet état de fait (et c’est sans doute tant mieux), mais ne boudons pas cette vocation élitiste de phare éclairant la piétaille : voici une playlist sur 10 chansons qui rendent hommage à des écrivains et des poètes pour se la péter en soirée.

L'avantage en plus, c'est que comme vous avez attrapé un rhume en profitant des trois minutes de soleil du mois de février en vous ruant en terrasse, vous avez très envie de vous mettre devant un bouquin et sous une couverture.

10 - Baudelaire – Serge Gainsbourg

 

 

Ni Baudelaire, ni Gainsbourg ne méritent de longues présentations, à moins que vous ayez vécu dans une grotte ou que vous ayez participé à l’émission « Les marseillais à Miami ».
Dans cette chanson, Gainsbourg reprend intégralement le poème « Le serpent qui danse », contemplation d’une femme indolente comme Gainsbourg les aimait tant (plus que Baudelaire d’ailleurs, wink wink.).

9 – Verlaine, Benjamin Biolay

 

 

Reprise toute en classe de la chanson « Verlaine » de Charles Trénet dans un album hommage de Biolay au fou chantant. Quand il n’est pas occupé à sortir avec une actrice célèbre, Benjamin Biolay fait plein de choses bien, comme lancer Keren Ann, collaborer à l’album « Chambre avec vue » d’Henri Salvador, relancer Vanessa Paradis, ou faire des albums solos toujours très bons.
La chanson elle-même est une adaptation du poème de Verlaine « La chanson de l’automne », qui n’est à présenter ni aux amis de la poésie, ni aux amateurs de films de Guerre.

8 - La chanson de Prévert, April March

 

 

« La chanson de Prévert » est évidemment plus connue pour l’interprétation qu’en a faite Serge Gainsbourg, mais j’ai toujours eu une tendresse particulière pour April March, qui s’est faite connaître avec un album de 1995 intitulé Gainsboursion ! où elle reprend une quinzaine chansons chantées ou composées par Gainsbourg. C’est aussi de cet album que vient la chanson Chick Habit qui sera reprise dans Boulevard de la Mort de Tarantino et donnera une postérité nouvelle à April March.

 

7 - Hemingway Delira – Eliades Ochoa

 

 

 

Hemingway a inspiré beaucoup d’artistes connus et moins connus, ce qui n’est guère surprenant au vu de sa vie d’aventurier, de son style direct et des épopées de guerre qu’il dépeint dans des romans plein de testostérone, qui lui vaudront le prix Nobel de littérature en 1954.
Dans « Hemingway Delira », Eliades Ochoa, le guitariste emblématique du groupe Buena Vista Social Club (mais si, celui qui a un chapeau et qui n’est que marginalement vieux) reprend une chanson de Luis Eduardo Aute qui rend hommage au grand écrivain américain, aux Caraïbes, au rhum et aux vagues.

 

En el Caribe…
Se vive como se scribe en el Caribe,
En el Caribe,
Se escribe como se vive

 

6 - Who’s Afraid of Virginia Woolf ? - Jimmy Smith

 

 

Tirée de l’album éponyme, cette chanson de Jimmy Smith est terriblement funky et nerveuse, à l’image du jeu rythmé de Jimmy Smith à l’orgue, ici accompagné d’un Big Band, mais aussi à l’image du personnage de Virginia Wollf, écrivaine aussi célébrée que torturée. Influencé par le blues et le gospel, Jimmy Smith est un des papas du soul jazz. James Brown, « The Godfather of Soul » reprendra d’ailleurs ce titre à son tour.

 

5 - Walt Whitman’s niece - Billy Bragg & Wilco

 

 

Walt Whitman était un poète américain, résolument américain auraient même dit certains pour décrire sa poésie, connu notamment pour son recueil « Feuilles d’herbe » (Leaves of Grass). La chanson de Billy Bragg et Wilco est sortie dans le fantastique album Mermaid’s Avenue de 1998, dans lequel sont adaptées des paroles de Woody Guthrie qui n’avaient encore jamais été mises en musique. Guthrie est peut-être le plus influent des chanteurs folk américains connu aussi pour son engagement socialiste. (N.B : socialiste comme aux States, pas socialiste comme Valls).
La chanson raconte l’histoire d’un jeune homme et de son ami marin qui rencontrent deux filles qui leur lisent des poèmes de Walt Whitman jusqu’au bout de la nuit. (A moins que…)

4 - A Musset - Claude Nougaro

 

 

Très célèbre poète et dramaturge français du 19ème siècle, Musset est un peu l’incarnation du romantisme français, fait de sensibilité exacerbée, de relations tumultueuses (coucou George Sand), de douleur, d’amour, de débauche, de douleur à nouveau, enfin vous voyez le tableau quoi.
Dans cette chanson intitulée sobrement « à Musset », Nougaro répète les mêmes paroles ad libidem dans une montée en intensité que n’aurait pas reniée Brel : « Les plus désespérés sont les chants les plus beaux »…

3 - Hit the Road Jack - Ray Charles

 

 

crite à l’origine par Percy Mayfield, enregistrée pour la première fois par Ray Charles qui se fait accompagner de Margie Hendricks, cette chanson est une des plus connues de tout son répertoire, et aussi une des plus entêtantes. C’est aussi un clin d’œil à Jack Kerouac et à son très célèbre roman « Sur la Route ».

 

2 - Somerset Maugham - Alain Souchon

 

 

 

Très, très belle chanson de Souchon sur l’arrivée intempestive d’un beau capitaine, façon Robert Taylor, dans la tranquillité d’un couple, « comme dans ces nouvelles pour dames de Somerset Maugham ». Elle fait référence au prolifique écrivain britannique superstar des années 1930, à ses récits inspirées de ses voyages, à son art de conteur qui lui a valu d’être adapté des dizaines de fois au cinéma.

Les capitaines beaux, lâchez-moi
Les femmes sont sensibles à tout ça
Laissez-nous tranquilles baskets
Chocolat noisette
Sur notre canapé
Allez, Somerset, ailleurs
Casser les autres cœurs
Des autres fiancés

1 - Hemingway, Paolo Conte

 

 

Ok, ça fait deux fois Hemingway. Mais je n’y peux rien s’il a inspiré d’aussi belles chansons. Pour clôturer ce top 10, qui mieux que le grand Paolo Conte, le Tom Waits du Piémont, l’homme à la voix la plus rocailleuse d’Italie qui réussit à continuer à garder la classe avec la moustache depuis des décennies. Dans cette chanson tirée de son cinquième album « Appunti di viaggio », il parle d’une mystérieuse rencontre avec Ernest Hemingway dans une rue de l’Harry’s Bar de Venise.
Paolo, je t’aime.

 

Répondre