BIELSA ET l'OM NE FONT PLUS PARTIE DU MÊME MONDE

BILLET | Marcelo, nous ne sommes plus du même monde.

LA PARENTHÈSE ENCHANTÉE

Durant de longs mois, mon smartphone a fièrement arboré en fond d’écran cet incroyable et magnifique tifo rendant hommage à Bielsa un après-midi de match face à Lille. C’était quelques jours avant Noël et les supporters lui avait fait le plus beau cadeau. Un « Bielsa » orange, grandiose sur fond de bleu ciel et de blanc, sur fond d’OM et d’Argentine. Nous avions gagné 2-1 avec un but de grande classe de Michy Batshuayi en fin de partie. A ce moment même, l’OM clôturait sa première partie de saison en tête du classement. Nous nous étions mis à rêver.

La suite sera moins glorieuse mais elle n’empêche de considérer cette saison 2014/2015 comme une énigme, une anomalie dans laquelle un coach fou a rejoint un club de fous.

 

DROIT AU CŒUR

Bielsa et l’OM, c’était une rencontre improbable mais pourtant évidente. Un entraîneur sans calcul avec un public qui se donne sans compter. Il n’y avait de meilleur moment pour donner les rênes de l’OM à Marcelo Bielsa. Marcelo ne vit que pour le spectacle, nos joueurs de l’époque ne rêvaient qu’à en donner.

Je repense parfois le cœur serré à ce football total qu’il nous a proposé, à cette grinta qu’il a apporté. Nous n’espérions pas de titres tant la force financière de deux clubs sur-armés nous empêchait d’y croire vraiment. Ne nous restait que le plaisir. Et on ne fut pas en reste. Avec Bielsa, on a été émerveillé, certains diraient même ensorcelé. Puis on a été frustré, déçu… et trahi.

Le football de Bielsa donne du rêve, il fait parler pendant des jours, parfois des années. Il divise les pragmatiques et les passionnels. Mais surtout et c’est ce qu’il faudra retenir, le football de Bielsa ne fait pas gagner. C’est la raison pour laquelle les gros clubs l’estiment… mais l’évitent.

Une fois que l’on a compris cela, on peut apprécier la méthode de Bielsa à sa juste valeur. Qu’on prenne place en tribune ou dans son fauteuil, on n'attend qu’une chose : des étoiles dans les yeux sans se soucier de la course effrénée aux points propre à un championnat. Le football de Bielsa on le déguste au jour le jour sans jamais faire l’erreur de voir sur le long terme.

RÊVONS PLUS GRAND

Quand Bielsa signera à Lille, l’OM aura encore changé de dimension. Nous sommes redevenus ambitieux. Nous sommes devenus un de ces clubs qui peut se permettre de mettre 30M€ sur un joueur de 30 ans. Nous sommes un club qui veut gagner des titres. Nous sommes finalement devenus incompatibles avec Bielsa.

J’adresse finalement un message aux supporters Lillois, avec toute l’expérience Bielsiste qui est celle d’un supporter passionné de son club qui a suivi ce fou avec amour, jusqu’à simuler des réunions inventées pour assister à ses conférences de presse au travail : vivez votre temps sous Bielsa sans vous projeter sur le prochain match. Abandonnez toute logique comptable. Changez votre vision du football. Parce que vous ne gagnerez jamais rien…

Mais il se peut que vous adoriez ça.

26 commentaires

  1. Latche 23 février, 2017 at 22:08 Répondre

    KERLON,
    Concernant l’effectif Marseillais lors de la saison coachée par Bielsa on a fini à notre place, seul celui de Paris était radicalement supérieur, Monaco avait plus de profondeur mais comprenait beaucoup de jeunes que Jardim à fait progresser.
    Quand à Lyon qui fait un parcours quasi miraculeux leur effectif était équivalent au notre.
    Notre Défense était tout à fait présentable sur le papier malgré le manque de réserve n (Djadjedje,Nkoulou, Morel, Mendy) ,d’ailleurs je la regrette encore.

     » On n’avait pas de doublures sur les postes de : 6, 8, arrière droit, arrière gauche. Et sur les 3 postes de créateurs : 1 doublure sur les 6 premiers mois (Aless), 2 doublures ensuite (Ocampos), c’est insuffisant. »
    Lemina pouvait jouer 6 et 8, Fanni couvrait les postes de DC et ARD, Morel ceux de DC et d’arrière gauche, Batshuayi en doublure de Gignac…..tous les postes n’étaient certes pas doublés mais on avait franchement une belle équipe qui pouvait jouer le podium!

    Concernant Bilbao,
    L’action de Bielsa à permis de mettre un coup de pied dans la fourmilière et révéler certains talents du cru, Muniain en tête, mais sitôt parti ses préceptes de jeu et son management ont été abandonnés car trop exigeants pour les joueurs.
    C’est un peu ce qui s’est passé chez nous, des joueurs ont été valorisés les mauvaises habitudes qui gangrenaient le furent mises de côté mais il ne reste rien de son héritage sur le terrain, et je ne pense pas qu’une saison supplémentaire aurait suffit à marquer durablement le club .
    Ceci dit j’ai bon espoir que la nouvelle direction et le nouveau staff réussissent à enfin professionnaliser l’OM qui a trop longtemps été dirigé comme un club de corpo.

    • Kerlon 24 février, 2017 at 00:16 Répondre

      Monaco n’a pas un effectif bien supérieur à celui de l’OM ? Tu parles de l’effectif qui fait quart de finale de la Ligue des Champions ? Mouais, mouais, mouais. Derrière ils ont, Fabinho, Abdennour, Ricardo Carvalho, Raggi, Wallace, Kurzawa….C’est à peu près 150 niveaux au dessus.

      Je sais pas comment tu peux comparer avec nos défenseurs. DDD a toujours été considéré comme un joueur très limité, avant Bielsa c’est rien, après Bielsa c’est rien, il y a une raison. N’Koulou a pas joué un match en bonne forme physique de toute la 2nde partie de saison, il a manqué plus de 3 mois pour blessure et après il était évidemment en méforme.

      Morel a toujours été un joueur faible, avant Bielsa tout le monde le critiquait très fortement. Bielsa a fait des miracles avec lui, les limites individuelles (comme celle DDD) sont énormes. A Lyon il est faible, comme il l’a été partout. Mendy a aussi explosé sous Bielsa et a été mauvais l’année d’après, à la limite c’est le seul dont on peut dire que c’était positif de l’avoir. Les autres défenseurs ? Le médiocre Rod Fanni et ses pieds carrés, des gamins comme Aloé ou Sparagna qu’avait évidemment pas le niveau. Et sur les postes de latéraux : aucune doublure à DDD, aucune doublure à Mendy (Morel étant DC). Tu parles presque positivement de joueurs comme Fanni, Morel, sérieux c’est des joueurs médiocres…

      Au milieu, où on a Romao-Imbula-Lemina, ils avaient Toulalan, Kondogbia, Moutinho, Bakayoko. Romao est une chèvre absolue. Imbula a plein de qualités, mais c’était un gamin que Bielsa a rendu monstrueux et qui depuis est banal. Lemina c’est pas mal, mais limité et là aussi un gamin qu’avait joué dans un grand club…Moutinho c’est international portugais, Toulalan c’est international francais, Kondogbia à l’époque c’est super joueur et peut le redevenir n’importe quand. Là encore, la différence de niveau est évidente, bien plus d’expérience, de fiabilité, de niveau.

      Devant, Bielsa a permis à Payet de passer un vrai cap, à Gignac aussi, il les a transformés. Ayew a fait une très bonne saison, je l’aime beaucoup. Thauvin a été cassé (à tort), mais a apporté. Donc offensivement, il a fait explosé des mecs talentueux.

      Monaco c’est Ferreira Carasco, Martial, Bernado Silva, vraiment des perles. L’un joue à MU, l’autre à l’Atletico, et le 3ème est le meilleur joueur de L1. C’est dire le niveau, ils étaient deja très bons.

      Et il y avait Berbatov pour encadrer le tout avec son expérience et son talent, servir de 9 autour duquel bouge les autres joueurs offenifs. Il y avait Germain comme choix aussi

      En résumé : Monaco c’était largement supérieur en défense et au milieu. Au mieux du mieux on peut dire que ca se vaut devant. Globalement l’effectif de Monaco est beaucoup plus fort.

      Et cette année-là, c’est celle du duo Fekir/Lacazette qu’est monstrueux. La concurrence Ligue 1 était la plus forte depuis des années.

       » sitôt parti ses préceptes de jeu et son management ont été abandonnés car trop exigeants pour les joueurs. »

      Excuse moi, mais là tu te trompes totalement. Regarde jouer le Bilbao actuel, et celui avant Bielsa, et tu me dis si tu vois pas une énorme différence. Avant Bielsa, Bilbao c’est jeu très primaire, pas de culture technique, pas de jeu à l’espagnol. BIelsa a tout révolutionné, possession, jeu au sol, combinaisons dans les petits espaces, schémas de circulation du ballon, bloc très haut. Beaucoup d’ambition dans le jeu.

      Tout cela on le retrouve avec Valverde, il y a pas l’intensité folle et la radicalité de Bielsa, mais la patte Bielsa reste partout. Il a changé le club pour longtemps, très longtemps.

      Il reste rien de l’héritage Bielsa, tout simplement parce que le contexte était pas propice à la continuité. L’OM était en situation on ne peut plus bordélique (ce qui a poussé à son départ) d’ailleurs, le but était de faire des économies et de trouver un acheteur. Il pouvait pas y avoir de révolution avant la vente, car la révolution c’était la vente.

      La révolution ne pouvait durer qu’un an. L’empreinte de Bielsa ne pouvait se faire sportivement dans la continuité, mais s’est vu dans ce qui s’est passé sur le marché des transferts, 20 millions Imbula, 10 millions Lemina, même 15 millions de Payet, plus tard les 15 millions de Mendy, ça vient de lui.

      Une saison supplémentaire aurait laissé une empreinte supplémentaire, mais la vente allait de toute façon forcément gacher la révolution, et peu à peu éteindre son héritage.

      Sur ta conclusion, je suis évidemment d’accord, le club se professionnalise largement, et les ambitions sont là, faut voir ce que valent Garcia et Zubi (je suis pas encore 100% convaincu par leur travail, mais je ne demande qu’a être convaincu).

      PS : désolé pour le pavé, si t’as tout lu, bravo^^

      • Latche 24 février, 2017 at 14:11

        Oui j’ai tout lu, l’orthographe est bonne donc ça rougit pas trop les yeux !

        Attention, je ne dis pas que Bielsa n’apporte rien aux clubs dans lesquels il passe, simplement sa « méthode » en l’état est inapplicable sur le long terme, encore moins par les entraîneurs qui lui succèdent.
        Tu le dis toi même, Valverde a impulsé un jeu espagnol à l’athlétic fait de possession de balle, différent donc du style Bielsa à base de pressing haut et d’attaques rapides dès la récupération du ballon.

        Je reconnais sans peine que Monaco avait un effectif supérieur, simplement reste mesuré quand à la qualité de celui ci étant donné la jeunesse de certains joueurs (Martial, Kondogbia, Kurzawa, Bernardo Silva, Wallace le bûcheron…) et le fait que certains tardent à exploser depuis (Kurzawa, Kondogbia, Martial ) .
        Sans compter que James et Falcao se barrent en début de saison entraînant un premier quart de championnat catastrophique !

        Quand à Lyon c’était une équipe très jeune coachée par un entraîneur moyen qui a réalisé un parcours miraculeux, s’ils sont devant nous c’est à cause des confrontations directes dont je vais pas refaire le dénouement douloureux .

        Bref nous finissons à notre place en étant 4 ème, on aurait pu espérer mieux avec davantage de réussite arbitrale mais quand tu compares le groupe olympien à ceux des équipes qui nous suivaient (Sainté, Bordeaux)il n’y a pas photo nos remplaçants auraient été titulaires dans ces clubs (Batshuayi, Alessandrini, Ocampos, Barrada, Lemina, Fanni……).
        Je lis d’ailleurs que tu estimes que l’équipe marseillaise actuelle est supérieure à celle d’alors ?
        Justement les remplaçants que je cite au dessus sont devenus titulaires après le départ de nos meilleurs joueurs en 2015 puis 2016 !
        je trouve que tu sous estimes la qualité de notre effectif de l’époque encore une fois je regrette des Mandanda, Nkoulou, Mendy, Ayew et Gignac, même Morel est plus solide que nos défenseurs actuels, même à Lyon lorsqu’il joue comme stoppeur!

    • vlad78 27 février, 2017 at 09:41 Répondre

      L’année d’avant avec un effectif quasiment identique, l’OM est 6ème, donc dire que la 4ème place est la place correspondant à la valeur de l’effectif est très péremptoire.
      D’ailleurs avec Bielsa l’OM est champion d’automne et mène 2-1 à la mi temps contre le QSG au match retour avant que la qualité médiocre de notre défense ne fasse atterrir tout le monde.
      Enfin oser prétendre que défensivement l’effectif de l’OM de Bielsa composé par El Tocardo tenait la route, c’est démontrer une incompréhension totale des profils rassemblés.
      Morel n’était pas un DC. Point barre. Seul Bielsa l’a lancé sur ce poste. Et en faisant la meilleure saison de sa vie, c’était Morel, un joueur limité bon pour une équipe visant le top 10 mais qui a continué jusqu’à la fin à mettre son occasionnel but contre son camp.
      N’koulou était la seule valeur intéressante du bloc défensif, mais sont départ et sa blessure à la CAN l’ont totalement coupé dans son élan, d’ailleurs il n’est jamais revenu au niveau montré en première partie de saison, devenant le N’koulou dégueulasse de la saison sous Michel.
      Fanni repositionné en DC, et bien c’était à peine mieux que ce que nous avons vu hier car deux ans de plus.

      Si Bielsa avait eu une charnière solide, il aurait été champion de France. Il aurait suffit de recruter un excellent défenseur en lieu et place de Doria. (pour le même prix d’ailleurs)

      C’est pour cela que l’article de Jairome est sympa mais que sa conclusion est bidon.

  2. titi 22 février, 2017 at 20:57 Répondre

    Jairome,
    Quand tu parles de « football de Bielsa » dans le contexte de ton billet d’humeur, j’imagine que tu fais référence à la manière dont il cherche à faire jouer les équipes qu’il entraîne. C’est-à -dire, une pression constante (et la plus haute possible) sur l’adversaire, dans le but que l’équipe adverse passe le moins de temps possible en possession du ballon (et ce le plus proche possible du but adverse). Ces deux notions (de temps et d’espace) sont présentes, de manière opposée, à la fois, pour désigner le choix de la façon de défendre et d’attaquer. Je ne pense pas que la position du curseur qui est mis sur ces deux paramètres puisse être mis en corrélation avec les résultats. Il existe des exemples d’équipes ayant gagner que ce soit avec ce curseur positionné de manière constante et notable à un extrême ou à l’autre, voire à l’équilibre. Bielsa s’est inspiré d’équipe qui ont gagné. Des entraîneurs ont gagner en faisant jouer leur équipe d’une façon qui s’inspirait d’équipes que Bielsa entraînait. Que ce soit pour ceux dont il s’est inspirés ou ceux inspirés par lui, certains faits dits de « faits de jeu » dans certains matchs auraient très bien pu transformer ces victoires en défaites. De mon humble avis, outre la part de l’aléa représenté par ces « faits de jeu », c’est la qualité d’une équipe qui impacte sur les résultats. Cette qualité est plus ou moins grande suivant la qualité collective d’une équipe et la qualité de chaque individualité la composant. Le niveau de qualité de ces deux aspects est positionné, de base, en fonction de la composition de cette équipe. Il peut être augmenté ou diminué en fonction de la qualité des entraînements, indépendamment du style de jeu vers lequel ils tendent.

  3. Hamada Jambay 22 février, 2017 at 17:12 Répondre

    Ta nana te lâche parce que t’es un gros mytho. Tu la revois deux ans après au bras d’un blaireau de ton lycée. Et toi, tu trouves rien de mieux à te dire que c’est une nana qui est plus de ton niveau car ton père gagne beaucoup plus d’argent aujourd’hui? En plus la nana évite les fils de riche, juste ce qu’on est devenus.
    On a mis 30 millions sur un trentenaire car c’est devenu un des meilleurs joueurs du monde. Peux-tu me rappeler sous les ordres de qui, gros malin?
    Et dire de Bielsa qu’il ne gagne pas, c’est de la pure mauvaise foi. Don Bielsa ne prend que des clubs dont l’effectif est moyen mais rempli de jeunes à fort potentiel pour les faire progresser. Bielsa ne cherche pas à se faire un palmarès en récupérant ce que construisent les autres.
    Le mec est digne, droit, sincère, loyal. Voilà pourquoi personne ne le comprend. Car on le mesure à l’aune de notre propre valeur.
    Et de voir comme on reçoit Bielsa en France en dit beaucoup sur l’état de déconfiture morale de notre pays.

    Bielsa est parti voir un autre club? M’en fous, je suis riche!

    • Latche 22 février, 2017 at 23:08 Répondre

       » Don Bielsa ne prend que des clubs dont l’effectif est moyen mais rempli de jeunes « ….
      C’est faux pour la première partie de cette phrase, l’effectif Marseillais en 2014-2015 était tout sauf moyen.
      Largement l’un des 4 meilleurs de L1.

      • Kerlon 23 février, 2017 at 00:27

        Mouais, le secteur défensif de l’OM cette année là : Romao, N’Koulou, Morel, Fanni, DjaDjeDje, Aloé, Sparagna, Mendy….C’est très faible, en sachant que N’Koulou a manqué quasiment toute la 2nde partie de saison, et quand il est revenu il était hors forme.

        Offensivement, Gignac avant Bielsa, il était loin de ce niveau, pareil pour Payet qui lui doit énormément.

        On n’avait pas de doublures sur les postes de : 6, 8, arrière droit, arrière gauche. Et sur les 3 postes de créateurs : 1 doublure sur les 6 premiers mois (Aless), 2 doublures ensuite (Ocampos), c’est insuffisant.

        Et malgré cet effectif limité, cet OM finit 4ème et surtout méritait mille fois mieux. On aurait du finir 2ème, malheureusement dans tous les gros matchs, on s’est fait niquer par l’arbitrage. J’aime pas taper sur les arbitres, mais ce qui s’est passé cette année-là, j’ai jamais vu cela.

  4. Matschke 22 février, 2017 at 11:18 Répondre

    Non seulement tu ne comprends rien à Bielsa mais tu ne comprends rien au foot. Dire aux Lillois qu’ils ne gagneront rien avec Bielsa. T’es un grand malade mon pote. Et nous ? On va gagner quoi avec Garcia ? Cette truffe arrive à se faire rincer par Metz et Nantes et tu te vois sur le toit de l’europe avec lui.
    Amis Lillois, vous ne savez pas la chance que vous avez. Nous, on connait notre malheur

    • . 22 février, 2017 at 18:47 Répondre

      « Cette truffe arrive à se faire rincer par Metz et Nantes ». C’est vrai que Bielsa n’a pas perdu au vel’ contre Caen 2-3 aprés avoir mené 2-0. C’est vrai que Bielsa n’a pas perdu contre lorient qui etait relégable 3-5 a domicile, c’est vrai bielsa ne s’est pas fait eliminer par grenoble club de cfa 2 en 32eme de finales de coupe de france…Non sérieux, Bielsa c’est super entraineur, mais SVP arretons l’idolatrie, au point de traiter de truffe garcia qui a un titre de champions de france.

      • Kerlon 23 février, 2017 at 00:29

        Truffe non, mais 1 match sur 2, il fait des trucs très étranges, voire inquiétants, mais bon on verra bien. Et perso, je pense que Bielsa avec l’effectif actuel (il avait pas cette défense et ce milieu) ferait un carnage

      • Hamada Jambay 25 février, 2017 at 10:32

        Garcia a un titre, un, et tu oses sortir ça dans une comparaison avec Bielsa?

        Et après nous idolâtrons…

      • Kerlon 25 février, 2017 at 19:14

        @HamadaJambay

        Bielsa n’a pas de titre ?

        Mon dieu, t’es supporter de l’OM et t’as toujours aucune idée de ce qu’a fait Bielsa…

        Et au passage, c’est inquiétant de ne pas voir comme ton obsession du titre c’est limité intellectuellement….Heureusement que le foot c’est bien compliqué que cela, ça n’aurait intéret sinon, à part pour les simplets…

  5. Kerlon 22 février, 2017 at 10:32 Répondre

    Article affligeant.

    Dire que le football de Bielsa ne gagne pas, c’est ne connaitre absolument rien à sa carrière, ses performances, ses accomplissements.

    Dire « vous ne gagneriez jamais rien » aux supporters du LOSC, c’est gerbant… Je sais pas qui t’es pour parler ainsi de Bielsa, mais en tout cas t’es pas un gars qui le connait. C’est emmerdant d’écrire un article sur un sujet qu’on ne maitrise pas du tout…

    Si Lille ne gagne pas de titres, ça sera à cause de leurs moyens limités, pas de leur coach…

    Quand tu fais d’un club moyen, les Newell’s, une équipe double champion d’Argentine (avec des gamins en plus), ca s’appelle gagner. Quand tu vas ensuite en finale de la Copa Libertadores (perdue seulement aux pénos), ca s’appelle « gagner ».

    Quand tu fais progresser tes équipes au Mexique ca s’appelle gagner. Avec la sélection nationale argentine, il y a un gros échec (Mondial 2002), mais il y a aussi une Copa America fantastique 2004, où ils sont énormes, et perdent la finale à cause d’un but d’égalisation à la 93ème minute du Bresil, finale perdue aux pénos…

    Il y a aussi les JO remportée sans prendre le moindre but.

    Il prend le Chili dans un sale état, en 2 ans il les fait 2ème meilleure équipe d’Amerique du Sud aux qualifs pour le Mondial, à 1pts du Bresil, j’appelle ca « gagner ». Puis aller en 8ème de finale de coupe du monde, c’est « gagner ».

    Prendre un OM catastrophique, et en faire le 4ème de L1 à 2pts du podium avec un effectif limité en qualité (secteur défensif cata) et en quantité (peu de doublures), le tout en s’étant fait niquer dans tous les gros matchs par l’arbitrage, j’appelle ca « gagner ».

    Quand tu vas en finale de Coupe d’Europe avec Bilbao en éliminant et donnant des leçons de football à Schalke, au Sporting et à Manchester United, ça s’appelle « gagner ».

    En plus l’effet Bielsa est très long terme contrairement à ce qu’on pense, il y a qu’a l’OM où ca n’a pas été possible, car c’était un club bordélique, sur le point de changer d’ère. Il pouvait pas y avoir de révolution avant la vente (c’est la vente la révoltion).,

    Il a révolutionné Bilbao, depuis Bilbao joue un super foot et fait de superbes saisons. Il a aussi évidemment révolutionné le Chili et joue un role majeur dans les 2 Copa America remportées ensuite. D’ailleurs au moment de ces victoires, tous les chiliens chantaient « Gracias Bielsa », et Sampaoli le disait aussi. Donc là aussi, Bielsa fait gagner…

    J’approfondirais même pas le fait que tous les plus grands joueurs et entraineurs de l’histoire du foot l’admire, et pas uniquement pour son jeu. Ils admirent tout ce qu’est l’entraineur, notamment le fait qu’il tire 100% de ses effectifs (c’est la clé pour « gagner » justement).

    Et dire que Bielsa nous a déçu et trahi, c’est rien comprendre à ce qui s’est passé lors de son départ et à sa personnalité. J’ose espérer que le fait qu’il signe à Lille ne soit pas une partie de la « déception » et « trahison », ce serait encore plus grotesque…

    Et globalement tu sous entend que maintenant on est trop bien pour Bielsa, on est au niveau au dessus, c’est consternant. Quelle arrogance mon dieu, ca n’a tellement aucun sens. On est trop bien pour Bielsa ? J’ai du loupé un truc, il me semble pas qu’on soit le Real…

    D’ailleurs en parlant du Real, c’est pas les grands clubs qui évitent Bielsa contrairement à ce que tu dis, c’est Bielsa qui évite les gros clubs, car grands clubs = grands égos, grandes luttes de pouvoirs. Bielsa c’est tout le contraire…

    Si cet article était pas publié sur un site très lu (je le lis parfois aussi), je dirais rien, mais là forcément fallait répondre à ça, car l’opinion a du poids, a des conséquences sur le club.

    PS : si toi ou les lecteurs veulent vraiment comprendre la personnalité de Bielsa, cadeau : http://yourzone.beinsports.fr/ligue1-olympique-marseille-reprise-mccourt-changement-entraineur-marcelo-bielsa-110672/

    • G.bédécarrax 22 février, 2017 at 11:09 Répondre

      Bonjour,

      Il semble que l’auteur et vous ne mettiez pas les mêmes choses derrière le mot « gagner », le désaccord devient alors inévitable. Vous soulevez des points intéressants (notamment le fait que contrairement à d’autres, l’OM n’aura pas réussi à construire sur le passage de Bielsa), mais cet article n’a pas pour vocation d’y répondre, c’est un billet d’humeur, il faut l’accepter avec ses biais et ses angles morts. Si vous voulez converser plus avant avec l’auteur de l’article, il est présent sur le forum, et vous y êtes évidemment bienvenue.

      • kerlon 22 février, 2017 at 11:39

        Bonjour.

        Gagner c’est forcément relatif aux clubs, joueurs, moyens, contextes….Donc si l’auteur de l’article pense qu’avec les équipes que coachent Bielsa tu peux gagner des trophées, il y a problème. Il prend des équipes souvent en difficulté, il les fait grandir de manière admirable. Avec la sélection argentine, il fut à une série de penos d’une Copa America et gagna les JO, aux Newell’s il fut à une série de peno de la Libertadores, et fut double champion.

        Forcément dans l’OM 2015, à Bilbao, ou au Chili, les chances de soulever concrètement un trophée est très mince. Mais relativement aux moyens, il a gagné, il a fait de vraies grandes choses.

        Je pense ce billet d’humeur est mauvais, et en plus de mauvais gout (les moqueries et ironies sur Bielsa, l’arrogance du nouvel OM qui serait « plus grand »).

        Mais merci beaucoup de ta réponse, et pourquoi pas aller sur le forum, même si vu ce que je dis et comment je le dis, je sais pas si je serais bien accueilli^^

    • Latche 22 février, 2017 at 23:36 Répondre

      Par Belenos, quelle véhémence !

      Bielsa est un entraîneur tout à fait indiqué pour réanimer un club en instillant un style de jeu offensif et en faisant progresser les joueurs.
      Mais attention à ne pas aller trop loin dans le mythe concernant son impact sur les équipes qu’il dirige.
      Bilbao par exemple ,pour les avoir vus jouer plusieurs fois, ne joue absolument plus comme en 2011.
      Il n’y a qu’à se rappeler de la double confrontation contre cette équipe que l’OM de Michel a dominé dans le jeu par 2 fois.

      Sinon l’opinion de Jairome s’apparente plus à du dépit amoureux qu’à de la méconnaissance du foot.

      • Kerlon 23 février, 2017 at 00:21

        Avant Bielsa, Bilbao c’est un style britannique, direct, simpliste.

        Bielsa avec la nouvelle génération de joueurs basques a tout révolutionné avec son jeu au sol, très fin, beaucoup de rythmes, d’intensité. Tout ce que faisait l’ancien Bilbao l’équipe de Bielsa le fit au sol ,avec une grande intelligence, une grande organisation, une grande créativité, etc.

        Il leur a donné un fond de jeu vraiment brillant, comme il fait partout. Les matchs contre MU et contre le Barca sont des exemples parfaits (il y en a des dizaines d’autres). C’est presque surréaliste, rarement vu une équipe jouer aussi bien, se créer autant d’occasions, être aussi brillant. Je crois que les résumés des matchs contre MU (peut-etre le Barca aussi) sont sur youtube, faut les voir. On l’a vu évidemment à l’OM aussi.

        Pour revenir à Bilbao, depuis ils ont pris Valverde qui s’inscrit totalement dans la continuité de Bielsa, avec jeu très espagnol, la possession, le jeu court, toujours l’intensité surtout à San Mamès avec cette atmosphère particulière. Le pressing est moins radical, l’intensité n’est pas aussi énorme évidemment, la démesure est moindre, mais la touche Bielsa se ressent évidemment.

        Sans Bielsa, jamais Bilbao ne jouerait ce foot-là, il a totalement changé l’identité technique et tactique de ce club. Comme il l’a fait au Chili, comme il l’aurait fait à l’OM si l’OM avait été un club sain, structuré et pas un club en situation de pré-vente.

        Franchement l’OM de Michel n’a pas dominé Bilbao à l’aller, on a été affreux, je pense pas qu’on ait eu la moindre occasion du match. Ce ne fut pas un grand Bilbao mais ils méritaient cette victoire à l’aller. Au retour, on les a emmerdé, cette année-là on basait quasiment tout sur le contre et sur les courses de N’Koudou (et les exploits de Michy), on était bon à l’extérieur. On les a dominé pendant un heure en partant d’une position assez basse, mais c’est qu’un match, et ca change pas ce qu’est le style de jeu de Bilbao. Et Bilbao finit la saison 5ème de Liga à 2pts du tour préliminaire de la Ligue des Champions, ce qui est fantastique.

        Je comprends la logique du dépit amoureux, mais ça mène à dire vraiment des énormités et a être de mauvais gout, je sais pas si ça vaut le coup de publier un billet. Mais bon, c’est lui qui voit 😉

    • Hamada Jambay 26 février, 2017 at 10:47 Répondre

      Je reprenais un type qui te répondais et me suis trompé de ligne.

      Je parle au mec qui ressort le titre de Garcia en lui disant qu’il ne devrait pas oser utiliser ceet argument pour comparer avec Bielsa.
      Sous entendu, bien sûr, que Bielsa en a gagné bien pus d’un.

      Le fait que tu aies lu quelques articles sur Bielsa, que tu aies regardé jouer Newells, Bilbao ou l’Argentine sous ses ordres ne te donne pas le droit de déprécier intellectuellement les autres.

      Dans un débat on attaque l’idée pas l’homme. Tu ne peux pas défendre l’idéaliste digne et respectueux qu’est Bielsa en te comportant si vilement.

      Reprends-toi. Trouve une relation non rémunérée. Et reviens nous avec le sourire.

      • Kerlon 27 février, 2017 at 10:47

        « Le fait que tu aies lu quelques articles sur Bielsa, que tu aies regardé jouer Newells, Bilbao ou l’Argentine sous ses ordres ne te donne pas le droit de déprécier intellectuellement les autres. »

        Hum, dit-il en affabulant sur les connaissances d’une personne qu’il ne connait ni d’Eve ni d’Adam. Fallait oser, bravo.

        « Dans un débat on attaque l’idée pas l’homme. Tu ne peux pas défendre l’idéaliste digne et respectueux qu’est Bielsa en te comportant si vilement »

        Attaquer un homme, c’est pas mettre en lumière de ce qu’on considère comme une limite de raisonnement sur un sujet. Et les « simplets » te visaient même pas particulièrement….

        « Reprends-toi. Trouve une relation non rémunérée. Et reviens nous avec le sourire. »

        Le niveau s’élève. Merci pour tout en tout cas.

  6. #UnmastredhonneurpourourBran 22 février, 2017 at 03:50 Répondre

    Totalement d’accord avec vous ! D’ailleurs Bielsa avait dit avant de partir qu’il privilieger les emotion avant les titres…Ça n’enléve pas qu’il ma fait vivre la saison la plus folle depuis que je supporte ce club…Gracias señor et bonne chance (pas trop quand même a lille).

Répondre