Sign in / Join

FINANCES DE L'OM | Quels résultats peut-on anticiper pour 2015-2016 ?

OMFORUM DÉCRYPTE | L'analyse des résultats de l'OM, à partir des comptes détaillés publiés au greffe, et des rapports de la DNCG, permet de constater que le club marseillais a connu des années très contrastées. À partir de nos analyses et des données historiques, nous allons essayer de vous proposer une projection des résultats financiers qui pourraient être anticipés pour cette saison 2015-2016. À noter que si les articles précédents étaient très factuels, celui-ci relève plus de la boule de cristal.

Le décalage entre les résultats anticipés selon nos calculs et ceux qui ont été publiés est conséquent. Il s'explique néanmoins essentiellement par les écarts constatés dans la masse salariale. À partir des données en notre possession, nous l'avions évaluée aux alentours de 70 millions d'euros, et elle a finalement été de 91, contre toute attente, très probablement pour des questions de primes à la signature et de résiliation.

Les revenus, de leur côté, étaient conformes à ce que nous avions anticipé. L'exercice d'extrapolation est donc périlleux. Nous allons prendre comme hypothèse que l'OM finisse comme la saison dernière à la 4ème place et se fasse éliminer au prochain tour de toutes les coupes. Le remplissage du stade se continuerait selon la dynamique actuelle, et le mercato d'hiver se fera avec un bilan financier neutre.

 Enfin un contrôle de la masse salariale ?

Screen-2015-12-16_18-45 - copie

Nous ne cessons de le répéter dans nos analyses, c'est la gestion de la masse salariale qui détermine la bonne santé financière (et les ambitions mais c'est un autre sujet) d'un club. Selon nous, si on fait abstraction des différentes primes, la masse salariale 2014-2015 liée directement aux salaires "réguliers" des joueurs s'élève au maximum à 70 millions d'euros. De ce montant, il faut retirer 33,8 millions d'euros de masse salariale chargée liée aux salaires des joueurs qui ont quitté le club. On arrive donc à un montant de 36,2 millions avant d'imputer les arrivées.

Les arrivées ont elles entraîné une augmentation de la masse salariale de 23,8 millions d'euros (prenons l'hypothèse que Diaby va rejouer un peu et finalement coûter 1M sur la saison). Pour ne pas se faire piéger de nouveau par les primes à la signature, évaluons qu'Ocampos et Rekik ont touché chacun un million d'euros, que Sarr, NKoudou et Pelé se sont également partagés un million d'euros et que Lassana Diarra a eu droit au traitement Barrada pour baisser son salaire avec une prime de 3M d'euros à la signature. On arrive donc à une augmentation de la masse salariale liée aux joueurs de l'ordre de 29,8 millions. Le bilan serait donc une masse salariale aux alentours de 66 millions d'euros, à laquelle il faudrait ajouter le staff. Michel touchait 1,3 millions d'euros en Grèce. On peut donc penser qu'avec son staff, l'impact budgétaire serait au maximum de 4 millions d'euros. La masse salariale chargée totale de l'OM ne devrait cette fois pas dépasser 70 millions d'euros.

Concernant les dotations liées aux transferts, les départs ont libéré 12,6 millions d'euros et les arrivées ne représentent que 4 millions d'euros. Ce poste de charges va donc passer de 21 à 12,4 millions d'euros.

Les départs en fin de contrat d'Ayew, Fanni, Gignac et Morel ont donc libéré un montant conséquent sur le budget de l'OM. Les prêts de Fabri, Samba, Khlifa, Aloé et Tuiloma et les départs définitifs de Sougou et Kadir (dont l'OM assumait 50% de leur salaire), et évidemment Payet, Imbula, Thauvin et Lemina ont également contribué à baisser les charges de l'OM.

Les charges externes devraient être relativement stables aux alentours de 39 millions d'euros car le contexte n'a pas énormément changé par rapport à la saison dernière, le poste frais de déplacements étant déjà au niveau de ce qu'il devrait être une année avec coupe d'Europe. Les taxes et impôts devraient diminuer aux alentours de 3 millions d'euros avec la disparition de la taxe à 75% et l'ensemble des charges restantes se stabiliser autour de 5 millions d'euros.

Le montant total des charges d'exploitation s'élèverait donc à 129,4 millions d'euros, soit une très forte diminution par rapport à la saison précédente.

Des produits d'exploitation en augmentation

Screen-2015-12-16_18-47

Le nouveau stade va continuer à générer plus de revenus. En revanche, le taux de remplissage est en chute libre et on peut imaginer une nette baisse des deux postes de revenus liés au nouveau stade qui avaient connu une forte augmentation la saison dernière, soit la billetterie et partenariat-sponsors (inclut notamment une part non négligeable des loges). Nous évaluons ces postes à 15 millions pour la billetterie et 28 millions pour les partenariats sponsors.

En ce qui concerne les droits TV, avec nos hypothèses de 4ème place, le championnat et les coupes nationales fourniraient des montants d'environ 45 millions d'euros. Il faut ajouter à cette somme les 10 millions d'euros versés pour la qualification en poules d'Europa League et les 5 millions liés aux résultats. L'OM percevrait donc 60 millions d'euros de droits TV, soit une importante augmentation.

Les autres revenus sont relativement stables d'année en année (environ 13 millions pour 2014-2015), on constaterait donc une augmentation des produits d'exploitation de 10 millions d'euros pour atteindre un total de 116millions d'euros.

Le déficit d'exploitation serait donc ramené à 13,4 millions d'euros pour la saison 2015-2016.

De nouveau des revenus transferts importants en 2015-2016

Screen-2015-12-16_18-44

Pour comptabiliser les revenus nets issus des transferts, il faut déduire du montant du transfert (les bonus ne sont pas comptabilisés) la valeur nette comptable du joueur cédé. Ce concept complexe s'explique très facilement, il s'agit tout simplement de déduire le montant qui restait à amortir.

Ainsi, ces départs ont permis les revenus nets suivants :
Thauvin est imputé à 8,4 millions en 2015-2016 (17 moins 3 ans à 2,2 millions, moins 2 millions de bonus pour Lille)
Lemina est imputé à 1,5 millions d'euros en 2015-2016 (montant du prêt payant).
Il faut également ajouter les 2 millions d'euros issus du transfert de Jordan Ayew à Aston Villa.
Les revenus globaux pour le budget 2015-2016 sont donc de 11,7 millions d'euros.

Malgré ces nouveaux transferts, le résultat net devrait donc être déficitaire d'environ 1,7 millions d'euros, donc avec notre marge d'erreur importante, un résultat possiblement équilibré.

Il faudra ensuite déterminer les résultats exceptionnels, qui sont par nature presque impossibles à anticiper, en tout cas dans l'état de nos connaissances, mais on peut imaginer qu'avec les hypothèses retenues, le résultat de l'OM pour une 4ème place en L1, un mercato d'hiver neutre et une élimination au prochain tour de toutes les coupes devrait se situer entre un bénéfice ou un déficit de 5 millions d'euros.

Pour compléter nos hypothèses et vous donner un élément de sensibilité, un OM qui terminerait 8ème aurait probablement 5 millions de revenus en moins liés aux droits TV, ce qui représenterait donc un bilan prévisionnel entre un équilibre et un déficit de 10 millions d'euros.

Retour au dossier complet

Ton avis ici et sur le forum

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!