Sign in / Join

UNITED STATS | MONACO-OM, AILES'FEST

STATISTIQUES | Dimanche dernier, Monaco et l'OM, tous deux plus ou moins en phase de rodage, se sont affrontés à Louis II. Les Phocéens qui ont maîtrisé la 1ère période, se sont faits peur en 2nde à cause d'erreurs individuelles, mais sont parvenus à arracher la victoire en fin de match. En plus des 3 points engrangés face à un concurrent direct, ce match, 1er post-mercato apporte quelques informations et questionnements, à travers son contenu et ses stats, sur la situation des deux clubs et sur la suite de la saison.

Pour rappel, le lexique est disponible sur une page séparée.

Le Match

On constate ce que les Expected Goals de Monaco doivent aux deux erreurs individuelles de Rami, en dehors desquelles ils n'ont pas été dangereux. Tandis que l'OM s'est construit ses propres occasions, tout en se montrant réaliste.

La Passmap dynamique (via @11tegen11)

Un jeu déployé sur les ailes...

Comme lors du match contre Nîmes, les Olympiens se sont beaucoup déployés sur les côtés. Mais la ressemblance s'arrête ici : contre Nîmes, l'OM avait subi, failli dans les duels et dans l'organisation. La passmap ci-dessus illustre la qualités des combinaisons phocéennes, entre triangles et polygones. Strootman a su faire le liant entre Amavi et Ocampos, dont la collaboration lors des deux derniers matchs n'avait pas donné satisfaction. Il a su colmater les brèches en fonction des montées de l'un ou de l'autre, et les a mis dans des bonnes dispositions offensivement à l'aide de son jeu simple et efficace.

Sanson, quant à lui, a accompli des tâches supplémentaires. Non content de renforcer l'aile droite, il a également été la plateforme de jonction avec l'aile gauche. Son volume de jeu et positionnement ont été essentiels dans la compacité de l'organisation marseillaise. Là où Gustavo contre Nîmes s'était contenté de colmater l'axe en délaissant l'aile gauche pendant que Sanson était en renfort à droite, nous avons donc nos 2 milieux qui ont bien couvert horizontalement le terrain.

Triangles et polygones...

...qui rappellent les sessions d'entraînement de Garcia (ici à la Roma)

La 1ère titularisation de Mitroglou cette saison nous a permis d'observer son entente avec Payet, après les prémices prometteurs de la saison dernière. Sur la passmap, leur proximité est d'ailleurs flagrante. Les déplacements du meneur de jeu olympien ont eu un impact sur ceux de l'avant-centre, qui sait où il doit se placer pour être alimenté au mieux par son pourvoyeur de cartouches préféré.

Un autre élément marquant est son placement, plus haut que Germain lors de ses dernières sorties. Sa heatmap sur Whoscored est quant à elle révélatrice de son profil d'attaquant de surface.

Plus centré dans la surface tu meurs.

Amavi, lui non plus, n'est pas en reste dans l'activité de l'équipe. Il est en effet celui qui a touché le plus de ballons (75) et réalisé le plus d'interceptions (5, tout comme Bennasser) au cours de la rencontre. Ceci pour deux raisons :

  • Gustavo au sein de cette défense à 4, est la rampe de lancement du jeu marseillais. Comme nous pouvons le voir sur la passmap, Pelé a passé le match à donner le soin à Gustavo de s'occuper de la 1ère relance, lorsqu'il avait le ballon entre les mains ou pieds.
  • Le placement de Tielemans vs celui d'Aholou de l'autre côté qui a laissé Heinrichs plus isolé que son compère Barreca.

Au cas où vous n'étiez pas encore persuadés de la prépondérance des ailes dans ce match.

... imposé par Monaco ?

Depuis le début de saison Monaco évolue en 4-2-3-1. Pour répondre à celui de Garcia, Jardim choisit cette-fois ci de présenter une organisation en 4-1-4-1, avec Aït Bennasser en 6. Après un mercato plus agité que son adversaire du jour, on peut envisager que le technicien portugais ait choisi de contrer le système marseillais plutôt que d'imposer son jeu. A ce titre, le positionnement d'Aït Bennasser a certainement eu un impact sur le positionnement de Payet, amené à évoluer plutôt sur l'aile droite du fait du pied préférentiel (le droit) du 6 monégasque. Sur ce point, la faible activité marseillaise en zone 14, que l'on imagine liée à la prestation d'Aït Bennasser, donne raison aux choix de Jardim.

On peut lire un objectif similaire dans le positionnement d'Aholou pour neutraliser l'activité de Sanson. Son positionnement assez haut n'est probablement pas étranger à l'indice de PPDA de Monaco dans ce match (7,69), illustrant le pressing assez important effectué par l'ASM. L'OM présente quant à lui un PPDA de 9,27, plus élevé que ses standards habituels, qui sous-entend une volonté plus attentiste qu'à l'accoutumée.

Il y a un autre indice qui tendrait à indiquer chez le technicien monégasque une volonté de déstabilisation des Olympiens : le nombre d'électrons libres. Tielemens et Falcao, en l’occurrence, ont évolué dans des zones inhabituelles pour eux : Falcao a beaucoup décroché et s'est baladé un peu partout, alors que Tielemans s'est souvent retrouvé plus haut que le Colombien, bien loin de ses bases traditionnelles de milieu relayeur.

Notons que, dans la différence de style affichée par les deux équipes, Jardim a la volonté de déployer des segments directs. Pour rappel, comme vu plus haut, Garcia est un apôtre des combinaisons en triangles et polygones.

En conclusion

Beaucoup d'éléments tendent à montrer que l'organisation monégasque a eu une influence sur la physionomie pour le moins excentrée du match. Or, le développement du jeu par les ailes est peut-être une volonté assumée de Rudi Garcia, développement qui irait à contrario de son passé romain aux remontées de balle nettement plus axiales. Sachant qu'à l'époque il utilisait un système en 4-3-3, il faudra suivre ce point lors des prochains matchs afin d'avoir une vision plus claire de son projet.

D'autre part, ce que l'on a pu voir du match de Strootman n'est certainement pas une vision arrêtée de ce qu'il produira par la suite. A cet égard, il faudra suivre ses prochaines performances dans ce 4-2-3-1 à poste équivalent. Cela nous permettra d'avoir une meilleure vision de ses capacités d'adaptation et de son impact dans le jeu et la physionomie des matchs. Nous aurons probablement la possibilité de le voir dans d'autres schémas, et ainsi d'avoir une image plus complète de l'étendue de sa palette de jeu.

 

Marv - Buk - Bene.

Sources utilisées : Whoscored.com, Understat.com, 11tegen11 et StatsZone.

Ton avis ici et sur le forum

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.