Sign in / Join

Réflexion tactique sur la préparation estivale

3-6-1 ? 3-4-2-1 ? 3-5-2 ? Si vous aussi vous adorez les chiffres qui ne veulent rien dire pour le commun des mortels, on va essayer de vous expliquer ce que tout ça signifie, mis en perspective avec la préparation de l'OM

Dans une période jusqu’à présent assez calme en ce qui concerne le mercato olympien (en dehors de l’arrivée de Caleta-Car et de la telenovela Balotelli) se déroule en parallèle la préparation estivale qui se terminera après le dernier match amical contre Bournemouth. Les résultats des matchs de préparation ainsi que l'absence de jeu et de maîtrise lors de ces matchs suscitent en plus du Mercato beaucoup de questions, voire d'inquiétudes au sujet de notre future compétitivité sportive à la reprise des joutes officielles. Inquiétudes fondées ? Certaines observations permettent d'émettre des hypothèses quant à la future gestion tactique de notre saison.

En effet, si l'on prend un peu de hauteur, on pourra constater dans les matchs de préparation l'utilisation presque exclusive d'un système à 3 défenseurs (3-4-3 contre le Sporting, 3-4-2-1 contre Séville et Nantes). Avant d'entamer une présentation de ce système, il est absolument nécessaire de le dissocier du 5-4-1 "à la papa" que Garcia a aligné contre Paris et Monaco. Il est également bon de rappeler que tout système à 3 centraux n'est pas forcément un 3-5-2 comme beaucoup ont tendance à le dire en allant très vite en besogne.

3-6-1, système en vogue

Non, la formation que le Coach Olympien est en train de tenter d'approfondir est une hybride du 3-6-1 très à la mode depuis quelques temps.  Il s'agit d'ailleurs en quelque sorte du reflet du système mis en place contre Leipzig et Salzburg, à l'époque pour des raisons circonstancielles à l'état de l'effectif (beaucoup de blessures, notamment en défense) et, en ce qui concerne Leipzig, à l'adaptation au système adverse, l'efficacité de ce système contre Leipzig ayant été observée en Bundesliga par ses effets anti-verticalité axiale.

Ces tentatives un peu forcées ont peut-être orienté Rudi Garcia vers une réflexion concernant ce système afin de le développer pour pouvoir l'utiliser plus souvent. En soi, il pourrait s'agir d'une bonne nouvelle étant donnée l'image "d'intégriste du 4-3-3" collant à la peau de notre coach dont on ne peut pas dire, bien que sa vision ait évolué vers un 4-2-3-1 (contraint et forcé par l'effectif ?) qu'il se soit débarrassé de sa réputation très rigide, ne changeant quasiment jamais de système une fois une formation adoptée.

L'autre bonne nouvelle de ce 3-6-1 est qu'il s'inscrit parfaitement dans l'évolution de ce sport, à savoir la transition qui est en train de supplanter la conservation comme nous avons pu le constater lors de la dernière Ligue des Champions et également lors de la Coupe du Monde comme l'a souligné l'article de Christophe Kuchly chez les Cahiers du Foot. Fin 2015, René Maric, devenu depuis entraîneur adjoint de Rose à Salzburg (tiens tiens !) décrivait d'ailleurs ce schéma comme une étape tactique logique du football par son adaptabilité, sa flexibilité et les opportunités qu'il permet d'obtenir. Entre temps, Salzburg est devenu l'un des chantres de ce football de transition (cet article des Cahiers l'explique plutôt bien) et la Bundesliga un championnat où fleurit de plus en plus ce système hyper adapté au Gegenpressing Kloppien, beaucoup émulé depuis.

Passage de témoin

Et les joueurs ?

La troisième bonne nouvelle est à rechercher du côté de notre effectif. En effet, les profils de nos joueurs (actuels en tout cas) peuvent nous rendre optimistes quant à son appropriation par le groupe. Défensivement parlant, Gustavo, passé par l'école allemande a montré ses qualités au sein d'une défense à 3. Le jeune Bouba Kamara, lui, a brillé dans un système à 3 avec les U19 de Diomède. Quant à Caleta-Car, il provient de Salzburg, CQFD.

Pour ce qui est du milieu, le duo Lopez-Sanson a montré une certaine efficacité dans cette fameuse récupération/transition par la relance ou la conduite de balle, ce qui a souvent permis de mettre Payet dans de bonnes dispositions. Bouna Sarr, lui, est devenu un joueur très polyvalent et Sakai a montré qu'il était capable de basculer au centre dans une défense à 3.

Merveille de 3-4-2-1

Pour ce qui est de l'intensité, le fabuleux article statistique de Marv faisant l'état des lieux de la saison de l'OM nous a montré qu'avec le 2e taux de PPDA (définition ici) d'Europe derrière Manchester City, l'OM de Rudi Garcia pouvait imposer le rythme qui va de pair avec cette organisation.

Si ce modèle est si efficace, pourquoi n'en voyons-nous pas déjà les effets lors de cette phase de préparation ?

D'une part, il faut comprendre que ce système demande du dynamisme et de l'explosivité, la digestion de la préparation physique et foncière peut donc interférer dans la pratique optimale de ce football de transition. D'autre part, il s'agit d'un système qui n'est jamais aussi utile que quand il s'adapte à l'adversaire et quoi de plus inconnu qu'un adversaire qui ne se connait pas lui-même ? Lors de ces matchs amicaux, les équipes en face se cherchent également, à coups de variations de systèmes et de nombreux changements de joueur, ce qui veut dire qu'à ce stade, nous n'avons quasiment pas de données sur leur système, leur circuit préférentiel, leur style de jeu, leur équipe-type etc.

IMC pas compatible avec le 3-6-1

Si Rudi Garcia peut déjà mettre en place certaines choses, travailler le placement, certains mouvements, certaines transformations, difficile d'optimiser la machine en l'état, ce qui pourrait expliquer les tâtonnements actuels.

Une vraie bonne nouvelle, donc ?

Pour conclure, je dirais que nous avons tout à gagner à ce que Rudi s’entête à tester ce système qui peut varier du 3-4-2-1 au 3-4-3 en fonction de l’utilisation de l’espace de nos adversaires afin de nous offrir ce fameux plan B qui nous permettrait de mettre en difficulté les grosses écuries rivales, chose que nous avons pour l'heure du mal à faire, la saison passée ne nous contredira pas sur ce point. Devenir moins lisibles pour eux et mieux adaptés à leur jeu nous ferait progresser pour contrecarrer le 4-1-2-1-2 lyonnais, le 3-5-2 parisien et le système monégasque, pour l'heure encore inconnu (4-2-3-1 ? 4-4-2 ?).

À mon sens, la mise en place d'un système intéressant et adaptable présenterait un intérêt autrement plus flagrant que l'éventuelle signature de Balotelli que beaucoup attendent comme le messie qui règlera tous nos problèmes à coups de random exploits techniques... Enfin, là où le 4-2-3-1 seul fait ressortir le problème de back-up sur une saison entière, l'apparition d'un plan B maîtrisé permettrait de pondérer cet inconvénient actuel de notre effectif, limité en quantité et quand on s'aperçoit de l'impact qu'a pu avoir l'érosion physique de nos cadres concernant la concrétisation de nos Expected Goals (Voir encore, l'article de Marv), la venue providentielle d'un 3-6-1 maîtrisé pourrait apparaître comme un gros soulagement.

- Pensez-vous que le 3-4-2-1 en bloc bas a détruit votre plan de jeu? - Euh... Venez on parle de la VAR.

 

9 comments

  1. thedep 14 août, 2018 at 16:43 Répondre

    Super article Béné. J’ai tout compris.
    Le matheux en moi s’insurge juste de l’utilisation du CQFD à base d’exemple.
    Espèce de sophiste.

  2. Anonyme 12 août, 2018 at 22:38 Répondre

    Joli travail.
    J’ai juste un désaccord avec ce passage:
    « Enfin, là où le 4-2-3-1 seul fait ressortir le problème de back-up sur une saison entière, l’apparition d’un plan B maîtrisé permettrait de pondérer cet inconvénient actuel de notre effectif, limité « …..
    Le plan B maîtrisé existe déjà comment en témoignent les prestations en 3/4/3 contre Leipzig.
    Le changement tactique a clairement permis de gommer les absences de nos cadres, Garcia n’hésitera pas a ressortir cette disposition, la préparation va dans ce sens.

    Concernant Genesio bien que j’exsecre cet entraineur il faut reconnaître qu’il a su faire évoluer son équipe dans plusieurs systèmes (433, 4231, 442 losange).

    • Benedetto 12 août, 2018 at 23:44 Répondre

      Merci.
      Je pense que Leipzig jouait dans une animation qui rendait cette configuration ultra efficace de facto (type de formation contre laquelle ils ont eu le plus de mal en Bundesliga) et le profil de nos joueurs ont accentué cette efficacité. Mais face à d’autres adversaires aux attaques plus hétérogènes, un travail en amont d’adaptation est indispensable à mon sens.

      Concernant Genesio, c’était juste une boutade, car il me plaît de vanner les lyonnais. 😉

      • Anonyme 13 août, 2018 at 22:23

        Merci de ta réponse.

        Pour l’heure l’utilisation de la défense à 3 n’est en fait qu’une adaptation à un adversaire au système particulier tel Leipzig comme tu le soulignes.
        Également aurait-on utilisé cette disposition si nous avions pu compter sur tous nos titulaires?
        Honnêtement je ne sais pas.
        Pour autant la réussite de cette tentative doit inciter Garcia a renouveler l’expérience soit pour contrecarrer un adversaire évoluant dans ce genre de disposition et procédant par des attaques rapides, soit pour minimiser l’absence de joueurs importants….soit les deux comme dans l’exemple pré-cité .

        Il me semble d’ailleurs qu’à la Roma Garcia n’hésitait pas à évoluer avec une défense à 3 lorsque les circonstances le recommandaient.

        Pour Genesio je trouve cet entraîneur sous côté bien que je ne l’echangerais pas contre Roudi….pour autant je n’oublie pas dans quel club satanique il évolue donc ne te justifie pas si tu as envie de le troller!

  3. Anonyme 1 août, 2018 at 00:53 Répondre

    Bravo pour l’article. Très intéressant. A développer lorsque la saison sera bien, pour apprécier la position de chacun et sa performance dans ce système.

Ton avis ici et sur le forum

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.