FINANCES DE L'OM | 2015-2016 - une liquidation pour équilibrer les comptes

OMFORUM DÉCRYPTE | L'analyse des résultats de l'OM, à partir des comptes détaillés publiés au greffe, et des rapports de la DNCG, permet de constater que le club marseillais a connu des années très contrastées. Nous allons vous proposer une analyse et un bilan financier de ces différents résultats, en découpant les années selon les présidents en fonction. Cette série est consacrée aux années Labrune, le règne de l'austérité.



La saison 2015-2016 commence sur un coup de théâtre avec le départ de Marcelo Bielsa au début du mois d'août 2015. Selon plusieurs sources, MLD aurait trouvé que l'entraîneur argentin coûtait trop cher et aurait essayé de resserrer le budget. Labrune recrute alors Michel pour le remplacer, accompagné de son staff. Le coach ibérique, placé par Doyen Sports, est très bien accueilli par la presse française.

Pris dans une folie de transferts, Labrune vend alors Thauvin, se fait prêter Cabella et se lance dans une série surprenante en faisant venir en prêt Isla, de Ceglie et Lucas Silva. Cerise sur le gâteau, il finit par Rolando, en tentant le dernier jour de recruter Lamela après avoir échoué à recruter Damiao, malgré une offre de 15 millions d'euros.

Cette saison, marquée par un discours annonçant une diminution de la masse salariale, doit être celle du retour à l'équilibre budgétaire. Malheureusement c'est le contraire qui se produira. Les résultats sportifs très médiocres, le désamour des supporters, et une gestion parfois incompréhensible, auront crée un déficit opérationnel une nouvelle fois énorme, nécessitant de liquider presque toute l'équipe pour rester à l'équilibre.

Des charges n'ayant presque pas diminué

Tout d'abord, les charges sont restées très importantes avec notamment une masse salariale chargée qui passe de 88 à 87 millions d'euros, malgré les départs des trois plus gros salaires du club en dehors de Mandanda, soit Payet, Ayew et Gignac. Imbula, Thauvin et Fanni ayant également quitté le club, tout le monde (et nous les premiers) avait évalué une baisse de la masse salariale qui ne sera pas produite.

Le poste coût des mutations connaît une forte baisse avec le départ d'une partie des gros transferts à amortir, il atteint la somme record de 13 millions d'euros, qui montre bien la faiblesse de l'actif joueurs à la fin de cette saison.

 

Le poste autres charges, et notamment les charges externes, continue son envolée pour atteindre 59 millions d'euros, soit 25 millions d'euros de plus que la saison 2011-2012. Par rapport à la saison précédente, la fin de la taxe à 75% a pourtant donné un ballon d'oxygène de 2,5M d'euros, mais l'augmentation de tous les postes de charges externes (notamment une contribution additionnelle de 2M à l'OM Association) et le paiement de 3M en indemnités de prêts ont créé une augmentation de 6 millions d'euros par rapport à 2014-2015.

L'OM semble clairement avoir perdu le contrôle de ses dépenses courantes, malgré un resserrement majeur en février 2016 avec une quasi mise sous tutelle du club. Les économies de bouts de chandelle réalisées suite à l'arrivée de Dominique Bernard n'auront donc pas porté leurs fruits.

Le montant total des charges d'exploitation s'élève donc à 159 millions d'euros, soit seulement 3 millions de moins que la saison précédente, malgré les très nombreux départs de joueurs.

Des produits d'exploitation qui stagnent

Contrairement à ce que beaucoup avaient annoncé, le fait que les abonnements aient été très nombreux à être vendus avant le départ de Bielsa et les matchs additionnels dans les différentes coupes ont permis de limiter les dégâts en termes de billetterie, avec une baisse de seulement 2 millions d'euros qui ne reflète pas du tout l'effondrement de l'affluence moyenne.

Le poste de partenariats/sponsors a également connu une baisse de 2 millions d'euros. Pour rappel, il inclut notamment une part non négligeable des loges.

De leur côté, les droits TV ont profité de la participation à l'Europa League et de la finale de coupe de France, pour augmenter de 3 millions d'euros, malgré le classement très médiocre en Ligue 1.

Le poste autres revenus ayant aussi augmenté de 3 millions d'euros, l'OM augmente donc légèrement ses revenus d'exploitation par rapport à la saison précédente, passant de 107 millions d'euros à 110 millions d'euros.

Le déficit d'exploitation reste donc énorme, à hauteur de 49 millions d'euros. 

Une incroyable liquidation de l'actif joueurs

MLD avait prévenu, elle ne remettra plus un centime dans le club, obligé de vendre à tour de bras pour équilibrer le budget. Michy, Mendy et Lemina quittent le club, ce qui, avec les transferts de l'été d'avant, génère alors des ventes pour un montant total de 83 millions d'euros sur la saison 2015-2016.

Lorsque l'on retire les valeurs nettes comptables (16 M d'euros), les pourcentages à la revente versés aux clubs précédents des joueurs (19M d'euros), il ne reste finalement que 48 millions d'euros dans les poches du club, soit même pas de quoi combler le déficit d'exploitation.

 

Malgré ces transferts records, le résultat net est donc déficitaire d´un million d'euros.

Objectif atteint pour l'actionnaire

Ce déficit a été porté au compte Report à nouveau, qui atteint désormais un montant supérieur à 40 millions d'euros, soit un déficit accumulé que le prochain propriétaire va devoir payer.

Cette saison cauchemardesque aura également été marquée par l'hypothèque de la Commanderie pour payer les factures, qui laisse le club avec un remboursement de 10 millions d'euros.

La dernière saison de Vincent Labrune à la tête de l'OM aura donc abouti à un club exsangue, avec un actif joueurs dilapidé, et son principal actif immobilier hypothéqué. MLD n'aura donc pas récupéré d'argent sur le club (elle a même procédé à un dernier abandon de créance anecdotique de 100 000 euros) avant de procéder à la vente de l'OM, mais c'est une maigre consolation pour les supporters de l'OM.

Le bilan économique de Labrune restera donc comme un échec, par son incapacité à réduire les charges du club, et ce malgré les importantes plus-values sur les transferts des deux dernières saisons de son règne.

Retour au dossier complet

12 commentaires

  1. Latche 7 février, 2017 at 23:07 Répondre

    Pour la seconde année consécutive les bras m’en tombent….
    On nous annonçait une baisse des revenus et une baisse des charges de mais c’est le contraire qui s’est produit !

    Comment peut-on avoir une masse salariale quasi inchangée avec des Rolando, Rekik ou Lucas Silva ?
    Encore une fois de généreuses primes ont du être distribuées.
    Heureusement c’en est fini de l’ère MLD, ,retour je l’espère à plus de cohérence.

    Ps: La commanderie n’est pas sous hypothèque mais en fiducie !

  2. DidierDrogwar 7 février, 2017 at 12:59 Répondre

    Merci pour ce travail sans équivalent.

    D’après tout ce que je crois comprendre, l’effondrement de tout l’actif « joueurs » avec les multiples ventes (Michy 40m pour citer le plus important) n’ont pas enrichi MLD mais ont seulement servies à éponger les dettes ?

  3. Elcommandante 7 février, 2017 at 02:11 Répondre

    Merci beaucoup pour ce super article encore une fois très éclairant !
    Une question : si j’ai bien compris, en plus du prix du rachat du club, Mc Court va donc devoir rembourser les 40 millions de déficits cumulés, ainsi que les 10 millions de la Commanderie ?
    Et aura t’il à faire à d’autres passifs / dettes ? J’ai lu que celles ci étaient importante sans bien comprendre de quel type de dettes il s’agissait vraiment..

    En tout cas merci beaucoup pour ce travail considérable d’analyse et d’explication économique, ca aide énormément à comprendre le club.

    • thedep 7 février, 2017 at 11:52 Répondre

      Alors, oui et oui à tes deux questions.
      Pour les autres dettes à payer, il doit y avoir les « mensualités » des transferts passés à honorer.
      Par contre il me semble que les possibles indemnités à payer à Michel sont à la charge de MLD.

      • Elcommandante 7 février, 2017 at 18:21

        Merci pour ta réponse ! Voilà qui double donc en quelque sorte le prix d’achat du club… !
        Oui j’imagine aussi que les options d’achats automatiques de Thauvin et peut etre celle de Njié seront aussi aux frais de la nouvelle direction.

Répondre