ET SI C’ÉTAIT "L'OM TRANSITION PROJECT" ?

BILLET | Basile Bowie imagine le prochain mercato d'été de l'OM Champions Project

Le mercato d'été – le premier de l'ère Mc Court, celui qui doit vraiment lancer le fameux « OM champions project » – sera loin d'être une formalité pour les pontes de l’OM.

Une véritable mise à l'épreuve pour une direction sportive qui ne pourra plus, comme à l'heure de dresser le bilan de son mercato d'hiver, avancer l'excuse – légitime - d'un marché restreint ("on a essayé de recruter à tel ou tel poste mais on n'a pas trouvé ou pas voulu surpayer") ou d’une marge trop étroite en termes de préparation, liée au rachat tardif du club. Les supporters l’attendent désormais au tournant.

Mais - est ce le résultat de l'hypercommunication des décideurs de l'OM et de sa mauvaise compréhension ? - un rapide survol des réseaux sociaux et des forums permet de mesurer le décalage entre ces attentes ou les appréciations données face aux premières rumeurs du "MercatOM", d'un côté, et, de l'autre, ce qui paraît - en l'état actuel de nos connaissances - être dans le domaine du possible à l’intersaison pour éviter de rebâtir un effectif "en dépit du bon sens".

Possible financièrement (ce qui est le plus difficile à évaluer compte tenu des incertitudes sur les sommes que Mc Court est prêt à investir) mais aussi et surtout possible au vu de l'attractivité du club, toute relative selon la taille de la cour dans laquelle l'OM entendra jouer.

Des atouts dans la manche sur le front du mercato…

Bien sûr, l’OM aura des arguments à faire valoir. Le message martelé depuis des mois par les dirigeants pour assurer du sérieux de leur projet a sans doute été entendu par les acteurs du foot.

Zubizarreta est un "nom" reconnu.

Les « produits d’appel » Payet et Evra ont posé une couche de vernis sur le premier mercato hivernal sous pavillon US.

Les salaires sont et seront attractifs dans une certaine mesure, au minimum à l’échelle de la ligue 1.

Sur toutes les lignes, le club aura des places de titulaires à offrir. Il aura l’ambition de lutter pour le podium dans une L1 moins austère que jamais. Et aura même (peut être) l’Europa League à servir en guise de cerise sur le gâteau.

Qui sait même si Rudi Garcia ne sera pas un argument pour appâter certains de ses anciens joueurs (ou des poulains de son agent – on plaisante, M. Eyraud, ne vous fâchez pas).

Que ce soit pour un international souhaitant se mettre en vue à quelques encablures de la coupe du monde ou une pépite désireuse de franchir un palier, le club phocéen sera en mesure d’offrir selon les cas - en tout cas sur le papier - une vitrine ou un tremplin de choix.

…mais une attractivité à relativiser

Mais de quel calibre de joueur parle-t-on ? Jacques-Henri Eyraud et Andoni Zubizarreta auront beau se montrer sous leurs plus beaux atours, leurs arguments ne pèseront pas du même poids sur toutes les tables de négociation.

L’équation à résoudre ne sera pas la même pour arriver, par exemple, à attirer des joueurs pistés par des clubs qualifiés en Ligue des champions ou d'autres dont le prestige est intact malgré l’absence de compétition européenne. L’OM est encore loin, pour l’instant, de la coupe aux grandes oreilles et doit encore présenter des gages de crédibilité.

Or c'est bel et bien ce type de joueurs que beaucoup au sein de la communauté des supporters ciel et blanc s'attendent à voir débarquer sur la Canebière et/ou réclament de leurs voeux, enivrés par des promesses mal comprises. On rappellera à cet égard que Franck Mc Court n'a pas juré qu'il mettra 50/60M€ sur un joueur…mais simplement dit qu'il ne se l'interdira pas si ça paraît nécessaire... Une nuance importante, surtout quand on compte le grand nombre de joueurs à recruter avec une enveloppe qui ne sera pas extensible à l'infini.

Et quand bien même. Un joueur qui vaut 50M€ est forcément un joueur courtisé par de grosses écuries. Exemple : André Silva, le buteur de Porto, qu’on dit inscrit sur les tablettes d’Arsenal et de la Juventus.

On en revient à la question de l’attractivité, en particulier à l’égard des joueurs étrangers. Face à une telle concurrence, un des espoirs de l’OM pour espérer ne pas avoir porte close est que le joueur cible ne soit pas la priorité de ces prestigieux courtisans. Et quoiqu’il en soit, si le club phocéen parvient à ses fins sur une, deux ou, soyons fous, trois pistes au parfum capiteux, il ne pourra pas attirer que des joueurs de cette catégorie. La "Team OM" doit s’y préparer.

Il faudra, encore, faire avec des joueurs « de transition » (aussi douloureux soit-il d’entendre à nouveau ce terme cher à Vincent Labrune). De bons soldats qui n’appartiennent pas au gratin mais apporteront leur écot au final.

Il faudra également, sans doute, être malin. Peut être envisager des prêts avec option d’achat. Pister des joueurs à relancer du côté des bancs des grands clubs. Des paris sur l’avenir comme des vieux briscards. Des inconnus.
Ne se fermer aucune option, sans s’interdire de chercher un « nom » mais sans en faire un pré-requis.

L’équipe dirigeante en a forcément conscience. Une frange des supporters phocéens peut être un peu moins. On pense par exemple à ceux qui font la fine bouche sur William Vainqueur. L’OM a des arguments mais sa fan-base ne doit pas le voir plus beau qu’il ne l’est…encore. Il y a tout un effectif à reconstruire et ce n’est pas en un seul mercato qu’il obtiendra le label « OM Champions Project ».

Entre ici, Anthony Modeste.

6 commentaires

  1. Hamada Jambay 17 mars, 2017 at 12:53 Répondre

    Basile Bowie: Modeste est-il le choix que tu désires, que tu pronostiques ou que tu estimes être le plus plausible?
    Tu es peut-être mieux informé qu’auparavant. J’adorais lire tes listes de souhaits et j’adhérais pleinement à ta campagne pour Lucien Favre à l’époque où l’on se morfondait devant les matches dirigés par Baup. Encore une fois, tu proposes une piste séduisante et cohérente. Et je suis content de pouvoir te lire à nouveau.

    Il semble bien loin ce souvenir de l’attaquant maladroit qui avait échoué en Angleterre. Je suis bluffé par sa progression. Ce serait une solution pour nos passes, une cible toute trouvée pour nos centres, un attaquant qui n’hésite pas à frapper sans contrôle et une menace permanente qui occuperait les charnières adverses libérant les espaces pour Sanson Payet et Thauvin. Exactement ce dont on aurait besoin.

    Toutefois, et tu le sais sûrement, Cologne aurait refusé 50 millions pour Modeste. Faudra que nos « atouts » soient très convaincants (Retour en France? Soleil? Nouveau défi? EDF? Un joli maillot puma?).
    A quand un article de footmercato qui nous expliquerait que Sertic est surtout venu pour convaincre Modeste de signer?
    Bref, si on n’arrive pas à Signer Lewandowski, pourquoi pas !

    Onanina. Tu confonds « vraie vie » et « réalité que moi, en tant que suiveur du club, je perçois ».

  2. Onanina 17 mars, 2017 at 01:51 Répondre

    Les dirigeants l’ont dit et le répètent très souvent : « c’est un projet sur la durée » et donc qui ne se fera pas en seul été, en un seul mercato.
    Ceci dit, ils sont responsables de ce qu’ils disent pas de ce que d’aucuns comprendront! on parle de refonder un VRAI club de football, on est dans la VRAIE vie. Soyons exigeants mais ne nous voyons pas plus beaux que nous ne le sommes. C’est pas la Master league !

  3. Anonyme 17 mars, 2017 at 01:34 Répondre

    Les dirigeants l’ont dit et le répètent très souvent :  » c’est un projet sur la durée et donc qui ne se fera pas en seul été ».
    Ceci dit, ils sont responsables de ce qu’ils disent pas de ce que d’aucuns comprendront! C’est pas la Master league

  4. Hamada Jambay 16 mars, 2017 at 22:50 Répondre

    La com’ est claire: on a des moyens.

    En fait, pour le moment on ne sait pas quelle sera l’enveloppe. Alors on imagine un montant.
    On suppose volontiers certaines affinités que l’on désire voir convaincre un joueur. On regarde les postes à pouvoir et les joueurs abordables par rapport à l’estimation de l’enveloppe.
    En fin d’analyse on se rend compte qu’on ne sait rien de bien déterminant. Mais on formule un voeu.

    J’ai le même profil de buteur.
    Grand, prolifique, 29 ans, joue en 1.Bundesliga. Mais tu te trompes. Ce sera Lewandowski.

  5. Nico 16 mars, 2017 at 07:52 Répondre

    Tout à fait d’accord avec votre 1ere article ici, Monsieur Bowie. Je partage quelque part une forme d’inquiétude quand je lis les réactions de la « team OM » sur le mercato…
    J’irai même plus loin sur le sujet du « grand attaquant de classe internationale » : pour moi non seulement l’OM n’a pas la CAPACITE a attiré des Aguero, Griezmann ou autre Icardi sur lesquels certains fantasment mais je dirai même que nous n’en avons pas BESOIN l’an prochain. Un vrai attaquant de bon niveau sans être dans le top mondial type Modeste, Dembele, Gabbiadini, Giroud… fera largement l’affaire en Ligue 1 et Ligue Europa. On voit bien que même Gomis qui est un attaquant « moyen-bon » s’en sort cette année avec des joueurs autour de lui moins bon que l’an prochain.
    Pour ma part je préférerai un joueur de ce type + des investissements équilibrés sur des bons joueurs pour compléter chaque ligne + quelques paris sur des jeunes avec pour double objectif de se qualifier en LDC et d’avoir l’ossature d’équipe de l’année suivante en essayant de disputer les premiers rôles en L1 et de passer au moins les poules en LDC. Une fois que l’on sera en LDC ce sera toujours quasi impossible d’attirer la plupart des top attaquants car très demandés mais on pourra peut être rêver sur quelques cas bien précis soit par attachement à l’OM (un Griezmann, un Michy qui aurait confirmé…), soit par opportunité (un Benzema qui ne serait plus titulaire au Real en 2018 par exemple).

  6. Zer0 16 mars, 2017 at 03:22 Répondre

    Si on attire des « noms » ils seront soit francais car ils savent ce que représente l’OM( type Giroud,Kondogbia),soit connaissance de garcia(type Dzeko). Malheuresement on a des incosciant dans la « team om » qui vont raler si Aguero ou Coutinho ne signe pas.

Répondre