OMFORUM DÉCRYPTE | Qui est Valentín, le nouveau bras droit de Zubizarreta ?

OMForum décrypte | La signature d'Albert Valentín a été rapidement traitée par la presse française, et surtout via le prisme de l'arrivée d'un proche de Zubizarreta. Or, Valentin est loin d'être un inconnu en Espagne, et s'il a à son actif plusieurs belles réalisations, il traîne aussi quelques casseroles. Tentative de décryptage.

Albert Valentín est né à Barcelone en 1962. Après une dizaine d'années dans les équipes de jeunes et les divisions inférieures du Barça, il signe à Figueres en 1986, et réalise une honnête carrière de joueur de D2 espagnole. À sa retraite, il devient directeur sportif, puis directeur général du club, et c'est en 2003, qu'après avoir occupé toutes les fonctions durant ses 17 années au club, qu'il saute le pas et rejoint l'Espanyol de Barcelone comme coordonnateur du secteur sportif.

Il y passera 5 ans, avant de faire un bref passage comme directeur de projets pour Promoafrica et de réaliser le rêve de sa vie en accompagnant Andoni Zubizarreta au Barça.

Une expérience contrastée au Barça

Le FC Barcelone a divisé son secteur sportif en deux parties : équipe professionnelle (équipe 1, équipe réserve, U20) et centre de formation.

Arrivé pour remplacer Txiki Begiristain, Andoni Zubizarreta devient le directeur technique du secteur professionnel du Barça en 2010. Titulaire d'un contrat de 3 ans, il met en place une nouvelle équipe avec comme secrétaire technique de la portion professionnelle, Narcís Julià et Albert Valentín comme lien entre la formation et le secteur professionnel.

Une des fonctions principales de Valentín est de coordonner la cellule de recrutement du club. À ce titre et un peu à l'image de ce qu'a fait Luis Campos avec Mendes, il participe activement à la mise en place d'un logiciel révolutionnaire, le COR (Conocimiento, Organización y Rendimiento).

Qualifié par El País comme le projet du genre le plus ambitieux jamais vu dans un club de football, le COR est né du constat effectué par la nouvelle équipe sportive que le logiciel principal utilisé alors, le GEM (Gestió Esportiva Médica) était dépassé. Andoni Zubizarreta et Albert Valentín décidèrent alors de créer un système regroupant l'ensemble des paramètres de la vie d'un joueur à partir du moment où il est détecté : toutes ses blessures, ses performances, ses transferts, comment il a été détecté, pourquoi il a été choisi, ses points forts, ses points faibles, sa progression et même les évènements personnels qu'il a vécus. Par ailleurs, l'objectif était aussi de trouver un moyen de reproduire durablement l'excellence de la génération Xavi/Iniesta en documentant et analysant l'ensemble des paramètres qui ont abouti aux résultats de la Masia.

Le COR est également un remarquable outil pour recruter. À l'époque de Zubizarreta et Valentín, le Barça faisait passer systématiquement trois filtres pour chaque joueur potentiellement intéressant. Tout d'abord, le premier permettait de relever les caractéristiques du joueur et d'identifier s'il présente les qualités et le potentiel pour jouer au Barça. Un deuxième filtre était effectué en évaluant le potentiel des joueurs du centre de formation ayant le même profil, afin de voir s'il n'y avait pas déjà mieux ou potentiellement mieux. Le dernier filtre était constitué par une validation que les caractéristiques du joueur correspondent exactement à ce que nécessite le club. Suite à ces trois filtres, Valentín réalisait un document final avec sa recommandation, positive ou négative. Si la recommandation était positive, Zubizarreta incluait le joueur dans ses trois ou quatre propositions par poste effectuées à l'entraîneur.

Le fiasco Douglas 

Après 4 ans, malgré quelques réussites majeures (Neymar, Suarez, Rakitic), Valentín est particulièrement accablé par un transfert, celui du brésilien Douglas, latéral droit anonyme dont la venue aura provoqué d'importants débats.

Valentín était tout d'abord tombé sous son charme lorsqu'il était chargé du recrutement pour l'Espanyol de Barcelone. Club qui aura décidé, suite à son départ, de ne pas donner suite à la recommandation de Valentín. C'est donc à la surprise générale que le Barça se positionne en 2012 sur le joueur. Le montant du transfert est ensuite très intrigant, et il faudra que le directeur général du Barça se déplace lui-même au Brésil, au dernier moment, pour ramener le montant de 12 à 4 millions, attisant ainsi les rumeurs d'irrégularités autour des négociations de Valentín, au mieux jugé comme peu compétent. Suite à une enquête interne effectuée sur Valentín, le président Rosell a demandé sa tête à Zubi à l'été 2013, qui a refusé.

18 mois plus tard, en janvier 2015, Zubizarreta, Valentín et Julía sont remerciés et quittent le club.

En décembre 2015, Valentín rejoint Julía, tout juste nommé directeur technique du Real Zaragoza et devient le nouveau secrétaire technique du club. Leur expérience durera à peine plus d'un an et les deux hommes quittent un club en crise, il y a une dizaine de jours. 

Que peut apporter Valentín à l'OM ? 

Valentín

Valentín et Julía avaient présenté leur démission à la fin du mois de novembre 2016, un mois après avoir reçu un appel de Zubizarreta leur demandant de le rejoindre à Marseille. Il s'agit donc d'un des principaux hommes de confiance de Zubizarreta et l'on connaît l'importance de ce type de relations.

Par ailleurs, c'était Valentín la tête pensante du recrutement à Barcelone et c'est beaucoup plus lui que Zubizarreta qui avait les réseaux pour effectuer les différents transferts. Le COR et la méthodologie mise en place au Barça font saliver tout supporter de l'OM normalement constitué et sortant de cinq ans de Labrune. Zubizarreta est sans conteste beaucoup plus complet de ce côté là avec l'arrivée de Valentín et l'on peut espérer enfin une cellule de recrutement performante et écoutée. Le mercato d'hiver marseillais aurait-il été le même si Saragosse avait libéré Valentín en novembre ?

Enfin, dans une optique de valorisation de la formation marseillaise, et de faciliter les passerelles entre le centre de formation et l'équipe professionnelle, son expérience barcelonaise sera extrêmement utile. À noter que Valentín est également un technicien chevronné et diplômé, titulaire de l'équivalent du DEPF espagnol.

Les seules ombres au tableau sont constituées par sa réputation, probablement surtout créée par l'affaire Douglas, d'un recruteur aux relations parfois particulières avec certains agents ou intermédiaires. Mais on peut faire confiance à Jacques-Henri Eyraud pour porter une attention très soutenue à cette problématique.

1 commentaire

  1. marchand_lol 20 février, 2017 at 11:24 Répondre

    Un bosseur c’est déjà ça après y a toujours des ombres dans mes transferts mais j’ai toujours été étonné qu’on critique zubi et son équipe sur le transfert de Douglas oui c’est un raté OK mais cette année avec digne et plus cher pas de critique bizarre ça ressemble à du règlement de compte

Répondre