Sign in / Join

FINANCES DE L'OM | Combien a mis Margarita à l'OM depuis 2009 ?

OMFORUM DÉCRYPTE | L'analyse des résultats de l'OM, à partir des comptes détaillés publiés au greffe, et des rapports de la DNCG, permet de constater que le club marseillais a connu des années très contrastées. Nous vous avons proposé une analyse et un bilan financier de ces différents résultats, en découpant les années selon les présidents en fonction. Voici une série d'articles analysant et identifiant les apports de la famille Louis-Dreyfus à l'OM depuis 1996, pour que la vérité soit établie une fois pour toute.



Contrairement à son défunt mari, qui en faisait plus une question d'opportunités que de principes, Margarita Louis-Dreyfus ne souhaite plus dépenser un euro dans l'OM. Elle est d'autant plus motivée pour ne pas le faire que l'argent sortirait directement de son héritage et de celui de ses enfants. Chaque dépense doit être entérinée par les exécuteurs testamentaires nommés pour gérer l'argent de ses enfants jusqu'à leurs 26 ans.

La première année se passe relativement bien pour l'actionnaire principal avec un léger déficit imputable en partie au doublement des primes par Dassier. Probablement pour respecter une promesse de RLD effectuée avant de décéder, MLD a par ailleurs procédé à une augmentation de capital d'environ 9 millions d'euros. Ce sera la dernière fois qu'elle investira à perte de l'argent à l'OM. Le club doit désormais s'autofinancer.

Une obligation d'autofinancement 

image

Dès le début de la saison 2010-2011, le club n'a plus assez de liquidités pour recruter et doit demander à MLD une rallonge exceptionnelle au milieu du mois de juillet. Elle accepte de prêter 8 millions d'euros pour concrétiser des transferts, mais exige en échange que le club prenne toutes les actions possibles pour diminuer la masse salariale de 10%. Ce prêt de 8M€ est entièrement remboursé par l'OM avant la fin de la saison. Durant cet exercice, les charges sont tellement élevées que l'OM finit la saison avec un déficit de 15 millions d'euros, malgré les 3 millions d'euros issus des ventes effectuées pendant la saison.
À noter que la société Eric Soccer a consenti depuis sa création à des abandons de créance avec une clause de retour à meilleure fortune à hauteur de 54 millions d'euros. Compte tenu des remboursements déjà effectués, le montant résiduel s'élève à 28 millions d'euros.

L'état des comptes de la nouvelle structure juridique est déplorable pour cette saison 2011-2012 et il faut que MLD prête 20 millions d'euros en juin 2011 pour permettre à l'OM de recruter à l'intersaison. Elle procédera également à un abandon additionnel de créance sur compte courant à hauteur de 11 millions d'euros. Ces 31 millions d'euros sont issus notamment de la vente du Standard de Liège pour 40 millions d'euros en juin 2011.

L'OM doit finalement faire face à un déficit d'exploitation record, à hauteur de 30 millions d'euros. MLD accepte donc de convertir un des deux prêts de 10 millions d'euros en abandon de créance avec clause de retour à meilleure fortune. L'autre prêt reste exigible au 30 juin 2014. L'OM finit donc la saison avec un résultat financier désastreux, un déficit de 8 millions d'euros et un prêt â rembourser à court terme. Le club doit donc désormais à son actionnaire 49 millions d'euros remboursables automatiquement lorsque l'OM fera des bénéfices et 10 millions d'euros à rembourser avant juillet 2014.

Un club sur le bord de la faillite

image

De plus, il manque 40 millions d'euros pour boucler le budget prévisionnel 2012-2013. Labrune s'est débrouillé pour convenir d'externaliser la régie marketing du club à Sportfive, ce qui rapporterait 37 millions d'euros à l'OM. Coup de théâtre au dernier moment, mandatés par MLD pour auditer les comptes du club, Mehdi El Glaoui et Igor Levin (qui deviendra célèbre suite au départ de Bielsa en août 2015) recommandent de bloquer cette opération. Labrune craint alors la faillite pour le club mais MLD n'en démord pas car cette vente diminuerait durablement les bénéfices récurrents du club tout en dévalorisant la valeur de l'actif OM. Elle l'accompagne devant la DNCG et prend l'engagement de vendre des joueurs pour équilibrer le budget.

Pour commencer la saison 2012-2013, il faut néanmoins un nouvel apport de 15 millions d'euros de MLD sous forme de prêt pour permettre au club d'avoir les liquidités nécessaires pour fonctionner avant d'effectuer des ventes à l'été 2012. Ce prêt sera remboursé intégralement pendant la saison.
MLD devra néanmoins renoncer au remboursement du deuxième prêt de 10 millions d'euros effectué en 2012-2013 afin de ramener le budget à l'équilibre. Comme la saison précédente, ce prêt est également converti en abandon de créance avec clause de retour à meilleure fortune, ce qui amène le montant résiduel dû par l'OM à MLD à 59 millions d'euros.

La saison 2013-2014 se conclut néanmoins par un budget déficitaire à hauteur de 12 millions d'euros, l'apport de l'actionnaire se traduit cette fois-ci par deux avances en mai et juin 2014 pour un montant total de 18 millions d'euros, remboursables à partir de janvier 2015.

En 2014-2015, une nouvelle fois depuis sa prise en charge du club, MLD a été obligée d'injecter de nouveau de l'argent sous la forme d'un abandon de créance de 20 millions d'euros. Cet abandon de créance s'est fait en deux étapes, tout d'abord en renonçant au prêt de 18 millions d'euros sur compte courant qui restait à rembourser, et en diminuant le prêt lié à la Commanderie, de 2 millions d'euros.

Si on ajoute les éléments financiers et plusieurs charges exceptionnelles, il reste encore un déficit final qui crée un déficit final de 2,5 millions d'euros. Ce déficit a été porté au compte Report à nouveau, qui atteint désormais un montant négatif de presque 40 millions d'euros, qu'il va falloir payer avant d'activer les clauses de retour à meilleure fortune.

1449927650-comptes-om-graph-4-2

Les conclusions sur cette ère MLD sont les suivantes pour l'instant.
Pour compenser les mesures fiscales, les non-qualifications en LDC et les travaux du stade, MLD a été obligée de procéder à des abandons de créance additionnels de 51 millions d'euros, portant le montant total dû par l'OM à Eric Soccer à 79,5 millions d'euros. Elle a également procédé à une augmentation de capital de 9 millions d'euros en 2010.

Son apport sur la période au budget de l'OM s'élève donc à environ 60 millions d'euros, dont 51 remboursables.

 

Accéder à la dernière partie de l'article

Revenir au dossier complet sur les finances de l'OM

 

Ton avis ici et sur le forum

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.