Sign in / Join

FINANCES DE L'OM | 2010-2011, une perte de contrôle à tous les niveaux

OMFORUM DÉCRYPTE | L'analyse des résultats de l'OM, à partir des comptes détaillés publiés au greffe, et des rapports de la DNCG, permet de constater que le club marseillais a connu des années très contrastées. Nous allons vous proposer une analyse et un bilan financier de ces différents résultats, en découpant les années selon les présidents en fonction. Cette série est consacrée aux années Dassier, illustrations d'une vie à crédit.



2010 – 2011 : la saison s’annonce excellente mais en coulisses le club est miné par les tensions internes entre Deschamps-Anigo, comme l'illustre le départ surprise de Niang en début de saison. D'où une ambiance pesante, le départ de Ben Arfa et les arrivées précipitées de Rémy et Gignac… La saison débute bien, l’OM remporte le trophée des champions face au PSG mais rate son entrée en championnat (2 défaites) et laisse filer le LOSC vers le titre de champion. Le club remporte toutefois une deuxième Coupe de la Ligue, et le bilan sportif est finalement positif : l’OM passe le 1er tour de la Ligue des Champions, et se qualifie pour l'édition suivante.

Comme nous le rappelions lors de l'article précédent, le 1er juillet 2010 est la date de la suppression du droit à l'image collectif (DIC). Cette niche fiscale, on le rappelle, permettait d'exonérer de charges sociales jusqu'à 30 % de la rémunération brute des sportifs. Cette suppression représente pour l'OM une charge additionnelle de 5,5 millions d'euros sur son budget 2010-2011.

De plus, le staff technique - Didier Deschamps en premier lieu - bénéficie d'une généreuse augmentation : ce sont 2 millions d'euros qui viennent s'ajouter à la masse salariale.

Une perte de contrôle totale à tous les niveaux

image

La saison 2010-2011 commence donc très mal. Le club n'a plus assez de liquidités pour recruter et doit demander à MLD une rallonge exceptionnelle au milieu du mois de juillet. Elle accepte de donner 8 millions d'euros, mais exige en échange que le club prenne toutes les actions possibles pour diminuer la masse salariale de 10%. Or, et même si elle bloquera le transfert de Luis Fabiano pour des raisons financières, l'été sera marqué par des investissements records en transferts avec les arrivées de Gignac, Rémy et Azpilicueta, et par la poursuite de l'envolée de la masse salariale.

Dassier2

Certes les recettes, boostées par une deuxième place en championnat, un huitième de finale en Ligue des champions et par une nouvelle victoire en Coupe de la Ligue, atteignent un niveau record de 151 millions.

Mais les dépenses sont telles que, malgré les ventes effectuées, l'OM finit la saison avec un déficit de presque 15 millions d'euros, qui comprend le remboursement intégral du prêt à MLD. De plus, 16 millions d'échéances financières s'annoncent en juillet, conséquences de l'onéreux mercato 2011 et du transfert de Lucho qui aura finalement coûté 21 millions d'euros (en raison des options consenties par l'OM).

 

Dassier1

Le 27 juin 2011, Dassier à qui l'on reproche sa mauvaise gestion, ses mauvaises relations avec Didier Deschamps, et de ne pas avoir tenu ses engagements vis à vis de MLD, est remplacé par Vincent Labrune, le président du comité de surveillance. L'OM en profite pour devenir une société à conseil d'administration (le fameux board), et réforme profondément sa gouvernance.

Un bilan financier terrible mais 5 titres

Les deux années de Jean-Claude Dassier à l'OM auront été marquées financièrement par une perte totale du contrôle des dépenses, qui va avoir un impact durable sur l'OM, et notamment concernant la masse salariale. Certains considèrent que c'était le prix à payer pour obtenir ces titres, toujours est-il que L'OM subit aujourd'hui encore les conséquences de certaines décisions prises pendant ce mandat.

Dassier3

Pour l'anecdote, signalons que le rapport de gestion présenté au conseil d'administration en juin 2011 prévoyait qu'un joueur allait quitter le club le 31 décembre pour une valeur déterminée comme probablement nettement inférieure à sa valeur nette comptable. Il semble donc que le cas de Lucho était déjà réglé avant même que la saison ne commence.

 

Retour au dossier complet sur les finances de l'OM

1 comment

  1. ber 26 novembre, 2015 at 16:20 Répondre

    Pas d’investissement, pas de titres.
    En fait on se rend compte qu’on est en déficit, car MLD a tout fait pour reprendre ses 15M d’euros.
    Ce qui nous a obligé à brader Lucho.
    Si elle avait attendu un an de plus, peut être la situation aurait elle été différente.
    Du coup, pour rattraper cela, on a été obligé de laisser partir nos joueurs en fin de contrat cette année, conséquence de cette stupidité de 2010.
    Mais la gestion Dreyfus depuis le début, c’est tout à l’envers.

Ton avis ici et sur le forum

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.