Sign in / Join

OM 2-0 TFC | LE CHEF D'OEUVRE TACTIQUE DE BIELSA DECORTIQUÉ

bielsa-TFC

S’il y a bien une notion tactique à laquelle Marcelo Bielsa ne déroge jamais, c’est celle de la supériorité numérique en défense. Pour un attaquant, deux défenseurs centraux. Pour deux attaquants, trois défenseurs centraux. C’est une règle simple presque simpliste qu’il applique à chaque situation. Contre Toulouse qui évolue en 3-5-2, l’OM a donc aligné un axe défensif Romao-N'Koulou-Morel. Pas de surprise jusqu’ici, le trio a été plusieurs fois utilisé, à Bastia, à Guingamp et à chaque fois qu’une équipe s’est présentée avec deux pointes.

Contre Toulouse, une des rares équipes françaises à former un 3-5-2, plus surprenante fut l’utilisation des joueurs de couloirs qui ont eu un rôle stratégique indispensable. Leur bonne prestation a été la clé de la victoire et de l’imperméabilité défensive. Si la deuxième mi-temps a été pauvre en but, elle est toutefois intéressante à analyser pour s’apercevoir comment l’OM a excellemment géré les situations défensives. Les Toulousains ont posé des problèmes à beaucoup d’équipes (Lyon, St-Etienne, Paris) mais Bielsa a trouvé la parade. Voyons comment.

L’OM en 3-5-1-1

Depuis le début de la saison, de nombreux joueurs n’évoluent plus à leur poste naturel. C’est en particulier le cas de Romao et Morel, repositionnés défenseurs centraux. Quelques mois plus tôt, il était inconcevable de les imaginer tenir ces rôles, tout comme il aurait été inconcevable de voir Mendy et Dja Djédjé occuper des postes de milieux défensifs.

Mais comme avec Bielsa, on est jamais au bout de nos surprises, c’est bien ce que nous avons vu face à Toulouse, particulièrement en deuxième période quand il s’agissait surtout de bien bloquer les adversaires. Si l’on rajoute le pressing constant des attaquants, le gros repli des ailiers offensifs qui n’ont pas rechigné à défendre, l’OM était paré pour défendre son avantage sans se mettre en danger.

z8MxxGB

Ce que nous avons vu contre Toulouse, c’est un système d’adaptation au jeu toulousain et surtout aux spécificités de son 3-5-2. Alain Casanova est un adepte de ce système qui donne à son équipe une solide assise défensive et un avantage numérique au milieu avec trois joueurs minimum, voire quatre si un des attaquants décroche ou si un défenseur central monte d’un cran. Face à une équipe telle que Toulouse, Marcelo Bielsa a trouvé la formule pour lui aussi former son milieu à trois : positionner ses latéraux dans l’axe à côté d’Imbula.

hpHhpDs

Au visionnage de l’Objectif Match de cette semaine, nous pouvons aisément imaginer, bien que ce soit une évidence, que ce système ait été plusieurs fois répété à l’entraînement, Marcelo Bielsa convoqant même les trois protagonistes de ce milieu de terrain improvisé pour une séance spéciale.

USol2do

Repositionnements stratégiques

Dans les faits, la mission de Mendy et Dja Djédjé consistait à soutenir Imbula en suivant les deux milieux relayeurs toulousains à la trace. Trejo et Regattin n’ont pas eu la vie facile car la consigne des deux latéraux semblait claire. À chaque perte de balle, chacun se précipite sur son homme pour qu’à chaque possession toulousaine, les deux joueurs par qui le danger arrive n’aient ni le temps ni l’espace de développer leur créativité.

GTwVYm0

Comme nous le voyons sur cette capture, cela a souvent donné lieu à des positionnements peu anodins pour des joueurs comme Mendy et Dja Djédjé qui se sont souvent retrouvés dans l’axe pour contrer les attaques toulousaines mais également au développement du jeu marseillais.

Ainsi, l’OM n’était jamais en infériorité numérique au milieu, même en phase offensive. Mendy et Dja Djédjé (puis Lemina) alternaient leur apport offensif en fonction du côté d’évolution de l’attaque marseillaise.

kdAcfwf

Si les latéraux sont devenus des milieux défensifs au marquage des relayeurs adverses, ce sont les ailiers qui ont écopé des tâches défensives sur les côtés. Ayew et Alessandrini, dès son entrée, ont occupé à maintes reprises le poste d’arrière latéral.

yUO8xcv

Au service du collectif, ils n’ont pas hésité à faire le boulot défensif que leur imposait cette stratégie, quitte à sacrifier un élan offensif. Même si leur envie et leur forme physique leur ont permis de tenter quelques excursions offensives, leur rôle a été beaucoup plus tactique que créatif et la défense à trois s’est souvent transformée en défense à cinq.

2AGJMDS

Ce n’est pas une nouveauté, l’OM sait s’adapter aux formations adverses. Cette formation contre Toulouse en est le parfait exemple. Pour le prochain match à Lyon, nous risquons fort de retrouver une tactique de ce type, les Lyonnais jouant fréquemment à 2 devant. Mais dans un 4-4-2 en losange, le problème du positionnement de Yohann Gourcuff en numéro 10 va forcément se poser. Reste encore à savoir si Bielsa trouvera une nouvelle fois la solution miracle.

2 comments

Ton avis ici et sur le forum

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!